Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Des chercheurs établissent le lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses

Publié par Manon CAPELLE le 05 Avr 2021 à 23:28
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans une étude, les chercheurs de l’université allemande de Greifswald pensent avoir établi le lien entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses. En plus, ils pensent avoir trouvé le moyen d’éviter les problèmes de coagulation.

vaccin AstraZeneca cas thromboses

>>> À lire aussi : Vaccin AstraZeneca : trois nouveaux cas, dont deux décès liés à des thromboses en France

Le lien établi entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thromboses

L’étude allemande a été publiée dans une revue scientifique. Cette dernière évoque le lien entre les cas de thromboses et le vaccin AstraZeneca. Jusqu’ici, aucun lien n’avait été établi. Le directeur de l’étude est le spécialiste Andrea Greinacher. Il affirme avoir trouvé la cause des thromboses ainsi que la manière de les traiter.

Après l’injection du vaccin AstraZeneca, il a été recensé que les cas de thromboses toucheraient une personne sur un million. Ces cas de thromboses sont au coeur de l’actualité. Ils ont notamment semé le doute en Europe, où le vaccin avait été suspendu dans plusieurs pays.

>>> À lire aussi : AstraZeneca : « mon frère est mort en 18h, ça a été fulgurant ! » : le triste récit du frère d’une victime

Un traitement pour éviter les problèmes de coagulation

Pour les chercheurs, les thromboses chez les personnes vaccinées surviennent après la combinaison des symptômes suivants : des caillots sanguins généralisés, des saignements et un faible nombre de plaquettes.

Ainsi, sous l’effet du vaccin, un anticorps se développe chez un faible nombre de personnes après la vaccination. « Celles-ci agissent alors comme en cas de cicatrisation des plaies et déclenchent une thrombose cérébrale », souligne l’étude.

Grâce à ces observations, les chercheurs ont un bon espoir. En effet, l’activation des plaquettes peut être identifiée relativement tôt. Ainsi, cela peut être traité avec « des immunoglobulines intraveineuses et des anticoagulants non hépariniques ». De plus, l’étude évoque des signes avant-coureurs des thromboses comme des maux de tête sévères et des symptômes neurologiques.

>>> À lire aussi : Elle dévoile la violente éruption cutanée sur son corps après l’injection du vaccin AstraZeneca (Vidéo)

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail