Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Coronavirus : la Haute autorité de la Santé tire la sonnette d’alarme sur ce phénomène inquiétant !

Publié par Salomee le 16 Juin 2020 à 22:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Avec le confinement, de nombreuses personnes ont reculé la date de leurs prochaines vaccinations obligatoires. Or, la Haute autorité de Santé alerte sur le nombre de personnes vulnérables non vaccinées en France. Elle demande aux citoyens de se faire vacciner au plus vite ! Cette autorité tire la sonnette d’alarme principalement pour les personnes fragiles, qui font l’objet de recommandations particulières et les nourrissons. Retour sur les observations d‘Epi-phare et les alertes répétées de la Haute autorité de Santé.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Donald Trump au plus mal ? Des images sèment le doute sur son état de santé (Vidéo)

Les observations d’Epi-phare sur les vaccinations en France

La suite après cette vidéo

Avec le confinement et la crise sanitaire, nombre de vaccinations ont été reculées ! En pour cause : le système de santé était sous tensions ! Epi-phare, qui constitue un groupement d’intérêt scientifique intégré à l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), a pu réaliser des expertises qui ont démontré une chute drastique des vaccinations en France. 

La suite après cette publicité

Cet organisme a rendu des observations choquantes. Dans son troisième rapport publié ce vendredi 12 juin 2020, Epi-Phare alerte sur l' »effondrement de la consommation sur toute la période initiale du confinement de -35% à -71% pour les vaccins » . 

Selon l’infectiologue Élisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations de la Haute autorité de Santé, il s’agirait des « vaccins penta et hexavalents qui ne sont faits que chez le petit enfant de 0 à 2 ans » . Pourtant, au début de la crise sanitaire, la Haute autorité de la Santé préconisait de maintenir l’ensemble des vaccinations obligatoires des nourrissons. 

La Haute autorité de la Santé tire la sonnette d’alarme

La suite après cette publicité

Suite à différentes expertises, la Haute autorité de la Santé a remarqué qu’il y avait une diminution « en proportion, de moins 20% à moins 30% des doses de vaccins achetées, ce qui correspond à une diminution de la couverture vaccinale » . En effet, la professeur Bouvet estime « à 44.000 le nombre de nourrissons âgés de 3 à 18 mois » qui n’ont pas été vaccinés contre le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la poliomyélite ou encore les méningites dues à la bactérie Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B.

Or, le problème ne se pose pas seulement pour les enfants en bas-âge ! Les adultes « qui ont des maladies chroniques, des fragilités particulières » s’exposent à des grands risques. C’est pourquoi cette spécialiste conseille vivement les personnes concernées de faire leurs rappels rapidement. 

Bien que la Haute autorité de la Santé avait demandé de différer les vaccinations des enfants de plus de 2 ans en début de confinement, elle change de cap et demande désormais à l’intégralité des personnes concernées de vite se rendre chez leur médecin traitant pour mettre à jour leurs vaccins ! En comptabilisant les personnes non sujettes à des « fragilités particulières » , c’est 90 000 personnes de tous les âges qui doivent rattraper les vaccins anti-papillomavirus, 123 000 pour le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et 450 000 personnes (enfants de plus de 2 ans, adolescents, adultes) qui doivent faire les rappels des vaccins antitétaniques.

La suite après cette publicité

Vous l’aurez compris, il est temps de prendre rendez-vous chez votre médecin traitant.

À lire aussi : Santé : peut-on arracher un poil sur un grain de beauté ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.