Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Plusieurs personnes contaminées à la variole du singe : Tout ce qu’il faut savoir sur cette maladie

Publié par Mia le 20 Mai 2022 à 13:14
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Après l’émergence de nouveaux variants du Covid-19, c’est une autre maladie qui préoccupe les médecins. En effet, depuis ce tout début mai 2022, plusieurs dizaines de personnes ont été contaminées par une maladie très rare. Originaire d’Afrique, la variole du singe a été détectée chez de multiples européens. Face à un tel événement sanitaire, la population se pose des questions, à juste titre.

C’est dans ce cadre que l’infectiologue Benjamin Davido a été interrogé. Chez nos confrères de BFMTV, le scientifique nous en dit plus sur cette maladie. Pour nous, en France, faut-il s’inquiéter ? Il répond.

variole singe

La variole du singe : qu’est-ce que c’est exactement ?

À l’heure à tout le monde pense à une nouvelle pandémie mondiale, l’infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, Benjamin Davido, a tenu à démêler le vrai du faux. Interviewé chez BFMTV au sujet des cas de variole du singe retrouvés en Europe (Royaume-Uni, Espagne, entre autres), il nous en dit plus sur la nature de cette maladie rare qui cause de grosses pustules.

« La variole du singe est un voisin de la variole, connue depuis des décennies avec des épidémies fréquentes qui arrivent d’Afrique de l’Ouest, mais dont on parle peu. La maladie est d’origine africaine. Elle a pour réservoir des rongeurs. Il existe deux variants. Un en Afrique de l’Ouest, moins sévère, c’est celui dont on parle actuellement, et une autre souche plus létale en Afrique centrale. C’est globalement une maladie peu étudiée qui se développe souvent dans des situations sanitaires difficiles » .

Cette fameuse variole du singe viendrait, par ailleurs, d’un patient zéro au Nigeria, pays où avait voyagé la première contaminée au Royaume-Uni. Selon Antoine Gessain, de l’institut Pasteur, il n’y a cependant pas à trop s’inquiéter quant à la transmission de cette maladie. Il y a peu de chance qu’elle devienne pandémique, selon lui : « C’est une maladie qui se transmet peu et qui ne présente pas de risques majeurs, sauf dans des zones exposées comme là où elle sévit habituellement » . D’ailleurs, veuillez noter que la variole du singe est une maladie qui se transmet surtout sexuellement et moins par la salive. Pas comme le Covid-19 qui est très contagieux par la salive.

Comment se transmet-elle et comment se protéger ?

Ainsi, la variole du singe « n’est pas du tout comme le Covid qui stagne dans l’air » . D’autant qu’il faut être en contact prolongé avec la personne contaminée pour l’attraper, selon les infectiologues. Cependant, vous risquez plus d’être contaminé si la personne porteuse développe les éruptions cutanées, pustules, etc. Si elle reste au stade des symptômes de fièvre et maux de tête, il n’y a à priori pas de risque.

Mais alors comment se protéger de cette maladie ? À ce jour, il y aurait déjà des cas en France. Selon Benjamin Davido, il faut donc éviter de toucher les mêmes surfaces qu’une personne contaminée avec des éruptions cutanées. Il faudrait également essayer d’isoler les contaminés, car une propagation par la salive dans l’air demeure possible. Le port du masque peut être un sacré plus. Mais étant donné que cette maladie circule principalement par voie sexuelle, l’usage d’un préservatif est recommandé.

« Nous observons des transmissions parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes » , précise le scientifique. « La variole du singe touche une catégorie de personnes qui ont des rapports entre hommes, mais qui peuvent très bien avoir des rapports avec des femmes » .

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0