Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Science

Etudiée depuis 200 ans, cette momie n’a pas encore révélé tous ses secrets

Publié par Noémie Penot le 10 Avr 2021 à 5:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La momie Takabuti est exposée depuis 1835 à l’Ulster museum. Alors qu’on avait conclu que cette femme avait été assassinée au couteau, des scientifiques ont découvert qu’il s’agissait en fait d’une attaque à la hache.

Takabuti

>>> À lire aussi : Une momie de 3600 ans livre ses secrets sur la mort du pharaon Seqenenrê Tâa

Les secrets de la momie Takabuti

Un livre publié par des scientifiques de l’université Queen’s de Belfast et de celle de Manchester a révélé la réelle circonstance de la mort de la femme, qui est aujourd’hui connue comme la momie Takabuti. Il y a plus de 2 600 ans, elle aurait été assassinée à coups de hache, et non de couteau, comme on l’avait affirmé auparavant. Les chercheurs ont réussi à déceler l’arme du crime, ainsi que des informations sur la femme grâce à l’analyse menée sur la momie.

Ils ont eu recours à des techniques comme l’analyse ADN, les rayons X, la tomodensitométrie (scanner), les analyses de cheveux et de matériaux ayant servi à la momification, la protéomique (études des protéines) et la datation au carbone. Les scientifiques expliquent qu’elle a pu être tuée par un soldat assyrien, mais que l’arme étant égyptienne, le crime aurait également pu être perpétué par l’un des siens. « Parce que nous avons pu identifier la forme de la blessure et l’angle d’entrée de l’arme, nous pensons qu’il s’agissait probablement d’une hache. Il est cependant difficile de l’affirmer définitivement, car la morphologie de la plaie a été significativement déformée » , a expliqué l’une des scientifiques sur le site de l’université de Manchester. De plus, l’arme avait une lame à tranchant semi-circulaire de 7 à 7,5 cm de longueur.

Une femme mariée, et très aimée de sa famille

L’égyptienne était une femme mariée, comme l’indique le titre de Takabuti écrit sur son cercueil. Elle possédait certainement un ménage important à Thèbes, aujourd’hui Louxor. « Elle était probablement très aimée de sa famille, car son corps a été manipulé avec beaucoup de précautions après sa mort: ses cheveux étaient soigneusement coupés, coiffés et bouclés » , d’après les scientifiques.

La femme serait morte dans sa trentaine, ne présentait aucun signe de maladie. Son décès, bien que violent, aurait été relativement rapide. Les scientifiques statuent que la jeune femme n’a pas dû souffrir longtemps. Une étude parue en janvier 2020 affirmait que l’Egyptienne avait été poignardée au couteau, dans le haut du dos, près de l’épaule gauche. Les scientifiques ont également constaté qu’elle arborait une coiffure, au lieu d’avoir le crâne rasé. Cette momie avait fait sensation dès 1835 : « un poème lui avait été consacré, une peinture d’elle avait été faite avant son « démaillotement » et des récits de son détricotage étaient publiés dans les journaux » .

>>> À lire aussi : Une momie se met à parler ! Des scientifiques arrivent à redonner de la voix à un mort

close

Inscrivez vous à la Newsletter gratuite du TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.