Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sexualité

Pornographie vs réalité : quelles sont les 7 différences ?

Publié par Romane TARDY le 02 Avr 2023 à 18:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Après avoir parlé de l’importance de la taille du pénis, on va aujourd’hui se pencher sur la pornographie. C’est LA question que tout le monde se pose sur le sujet : la pornographie est-elle représentative de la réalité ? Le TDN a voulu vous donner la réponse.

La suite après cette publicité

Grâce à Diane Deswarte, sexologue et fondatrice du club kamami, que vous pouvez retrouver sur clubkamami.fr ou sur Instagram @clubkamami, nous allons enfin lever ce mystère à travers le jeu des 7 différences, que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous.

À lire aussi : Sexo : Où se trouve le fameux Point G ?

La pornographie est de plus en plus regardée en France. En 2022, la France a atteint la troisième place des pays les plus consommateurs de Pornhub.

La suite après cette publicité

Pour certains, il s’agit d’un simple divertissement pour se faire plaisir et ils ont bien raison. Toutefois, pour d’autres, elle a vocation à s’éduquer sexuellement. C’est ici que notre sexologue Diane Deswarte intervient, expliquant « qu’il faut être conscient qu’on est dans un film et pas dans la vraie vie » .

Pour prouver cette théorie, quoi de mieux qu’un petit jeu des 7 différences entre la pornographie et la réalité.

pornographie vs realite
La suite après cette publicité

Des physiques trop parfaits et identiques dans la pornographie

Dans la pornographie, les acteurs ne sont pas choisis au hasard. Leurs physiques sont souvent très avantageux afin que le consommateur prenne plus de plaisir à les regarder. Cependant, dans la réalité, il y a une grande diversité des corps.

Tout d’abord, Diane Deswarte analyse que dans la pornographie, ce sont toujours les mêmes types de corps : « Fins, blancs, très musclés, avec des fesses très rebondies, des gros seins, des pénis immenses sans préservatif, des sexes épilés et des vulves minuscules » .

La suite après cette publicité

Les mêmes types de corps oui, mais aussi les mêmes profils. Comme elle le relève bien, « Où est la diversité d’âge, de style, d’apparence » . La sexologue ajoute que parfois la pornographie tombe même dans des clichés racistes : « Cela peut concerner les personnes noires qui sont qualifiées de lionnes pour les femmes ou de grosses brutes pour les hommes » .

La réalité est aussi déformée en ce qui concerne les pratiques ou les positions qui ponctuent la sexualité.

À lire aussi : Sexo : Quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

La suite après cette publicité

Des pratiques souvent violentes ou acrobatiques

Il est rare que la pornographie mette en avant des rapports tendres et « classiques » . Comme dans un film, tout est exagéré.

En effet, les relations intimes montrées sont souvent basées sur des « enchaînements de positions acrobatiques, pénétrations trop rapides sans préparation, pratiques brutales, crachats » . Même s’il n’y a pas de problème avec ces pratiques du moment qu’elles sont consenties, il ne faut pas les prendre comme exemples absolus, car elles ne conviennent pas à tout le monde.

La suite après cette publicité

Cela peut poser un réel problème quand ces pratiques basculent vers la violence et l’absence de consentement. Diane rappelle qu’évidemment « les seuls rapports qui soient autorisés et agréables, ce sont des rapports qui sont consentis et enthousiastes » .

L’absence de sentiment et de spontanéité

Par ailleurs, ce que déplore cruellement notre sexologue, c’est l’absence de sentiments dans la pornographie. Comme elle le dit si bien, « Où est l’amour ? » . En effet, « Où sont les ‘je t’aime’, les baisers, les doigts passés dans les cheveux, les mains qui s’accrochent au poignet d’amour » .

La suite après cette publicité
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par FRAICHES (@fraiches)

Elle remarque aussi que la spontanéité a disparu. Les galères, telles les difficultés pour mettre un préservatif ou pour retirer un soutien-gorge, ne sont jamais montrées alors qu’elles font partie intégrante de la sexualité. Tout comme les bruits des corps, les fous rires, les chutes du lit…

La suite après cette publicité

Et puis chez les acteurs pornographiques, il n’y a jamais de souci. « Avez-vous déjà vu, dans un porno, un pénis pas tout à fait rigide, une éjaculation trop rapide qui n’a pas signé la fin du rapport, une femme dire d’aller plus doucement, car elle avait mal » . Alors que dans la réalité, les troubles sexuels touchent de nombreux hommes et femmes.

Après ce jeu des 7 différences, il semble évident qu’il serait important de militer pour une pornographie « plus représentative de la réalité » . Qu’en pensez-vous ?

On retrouvera bientôt Diane pour une autre question sexo et sinon rendez-vous sur clubkamami.fr et @clubkamami.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Sexo : testez la position de l’ange des neiges… Plaisir garanti !