Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Shopping

« Tueurs d’enfants » : des salariés français d’Auchan et Leroy Merlin insultés

Publié par Gabrielle le 30 Mar 2022 à 12:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Plusieurs enseignes du groupe Mulliez ont décidé de maintenir leurs activités en Russie. La présence d’Auchan et Leroy Merlin est fortement critiquée. Des salariés de ces magasins en France, ont fait l’objet de menaces et d’insultes de la part de clients.

auchan russie

>>> À lire aussi : Après la fermeture des McDonald’s en Russie, des petits malins revendent les burgers stockés à prix fous !

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Des salariés d’Auchan et Leroy Merlin insultés

Alors que la guerre en Ukraine a débuté depuis plus d’un mois, le groupe Mulliez maintient toujours ses activités en Russie. Le groupe possède notamment les enseignes d’Auchan, Leroy Merlin et Décathlon. Alors que Décathlon a suspendu ses activités dans le pays le mardi 29 mars, les autres magasins du groupe Mulliez restent.

Les employés de ces enseignes en France sont de plus en plus souvent victimes d’insultes de la part de clients. « J’espère que vos enfants vont crever sous les bombes » , c’est la phrase qu’aurait lancée un client à un vendeur de Leroy Merlin, selon Bernard Vigourous, délégué central FO.

Invité sur le plateau de BFMTV, Jean-Marc Cicuto, délégué CFTC Leroy Merlin, a témoigné des insultes reçues par les salariés de l’enseigne, accusés d’avoir « du sang sur les mains » et d’être « des tueurs de bébés » .

Les syndicats sont opposés à la fermeture

Pour l’heure, l’enseigne Leroy Merlin n’a pas réagi. « Les salariés qui reçoivent ces insultes sont en état de choc. Il est hors de question que l’on subisse ça. On veut que la direction donne des instructions » a déclaré Bernard Vigourous.

Une source proche du groupe Auchan a jugé auprès de l’AFP qu’il serait « dangereux de donner de l’importance à quelque chose de marginal » . Comme le groupe Mulliez, les syndicats ne souhaitent pas la fermeture des magasins en Russie.

En cas de fermeture, les syndicats ont peur des conséquences pour les travailleurs russes. Ils craignent également que le groupe s’expose à des sanctions et que les magasins français soient nationalisés. Sur les réseaux sociaux, les appels au boycott se multiplient depuis plusieurs semaines.

>>> À lire aussi : Guerre en Ukraine : Ces produits Apple que vous ne pourrez peut-être plus trouver

0