Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Affaires Nahel : Un émeutier raconte les violences de l’intérieur

Publié par Jessy le 08 Juil 2023 à 5:55
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La mort de Nahel continue à faire couler de l’encre. Du côté des élus et des Français, les émeutes qui ont eu lieu rappellent celles de 2005. Alors qu’un document sème le doute sur les déclarations des policiers, un homme ayant participé aux émeutes de 2005 témoigne. Il compare l’actualité aux faits relatés en 2005, pour France Info.

La suite après cette publicité

À lire aussi : « Deux claques et au lit » : Les propos polémiques d’un préfet après les émeutes

émeute émeutes émeutiers père enfant colère France buzz vidéo actu
@MemoKtr – Twitter

Affaires Nahel : les émeutes rappellent parfois celles de 2005 !

La suite après cette publicité
La suite après cette vidéo

Après la première nuit d’émeutes qui ont secoué le pays, certains élus de la république ont rapproché ces actes aux émeutes de 2005. Et la moyenne d’âge ne manque pas de faire réagir. Elle a été établie à 17 ans par le gouvernement. Et les scènes de violences et de saccages n’ont pas manqué de raviver des souvenirs datant de 2005. Mais en France, la colère gronde après la mort de Nahel, alors que son père a décidé de sortir du silence. Une France divisée, face à une population qui se sent trop souvent mise de côté et oubliée.

Mohammed a décidé de témoigner au micro de France Info. En 2005, il a participé aux émeutes après la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, deux adolescents électrocutés dans l’enceinte d’un poste électrique. Le 27 octobre de cette année, les deux adolescents tentaient d’échapper à un contrôle de police. En région parisienne, les émeutes font rage et Mohammed se remémore cette période. « 18 ans après, on pense toujours que la seule solution, c’est de casser » explique-t-il au micro de France Info.

À lire aussi : Mort de Nahel : L’auteur du tir déjà connu des services de police

La suite après cette publicité
emeutes nahel violences jeunes (2)

« Aujourd’hui, l’objectif a changé »

La voix de Mohammed fait écho à plusieurs propos, notamment du maire de Trappes Ali Rabeh, dans les Yvelines. L’élu a indiqué à Libération que la détresse des habitants de banlieue ne date pas d’hier, et qu’un plan d’urgence a été demandée par 30 maires de banlieue. Il déplorait notamment que « jamais un mot » n’a été prononcé concernant « les violences policières, alors que c’est une réalité qui revient sans cesse dans nos quartiers » . Est-ce que les objectifs sont encore les mêmes 18 ans après les émeutes de 2005, alors même qu’Emmanuel Macron a pris une décision radicale face aux événements ? La mort de Nahel a-t-elle ravivé une colère asphyxiante dans les quartiers face à ces violences policières et ce sentiment d’abandon ?

La suite après cette publicité

Pour Mohammed, les objectifs des émeutes sont différents aujourd’hui. « Le but n’est plus le même. On n’avait pas pour but de faire de l’argent. On était vraiment en guerre contre les forces de l’ordre » explique l’ancien émeutier. Il insiste notamment sur le combat de l’époque contre « la police et les symboles de l’Etat » .

Mais pour l’homme de 37 ans, les émeutes de 2005 et actuelles n’ont aucun impact. Rien ne change donc, et les émeutiers sont simplement considérés comme des casseurs. « On aimerait le dire avec beaucoup plus de calme. Mais quand c’est le cas, on n’est pas pris au sérieux » conclu l’homme.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par franceinfo (@franceinfo)

La suite après cette publicité

À lire aussi : Les aides sociales des parents des jeunes impliqués dans les émeutes bientôt supprimées ?

Source : France Info

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.