Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Mort de Nahel : Son père sort du silence

Publié par Fanny Jacob le 05 Juil 2023 à 21:57
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Depuis la disparition de Nahel, tué par un policier il y a une semaine, les émeutes font rage dans de nombreuses villes.

La suite après cette publicité

De son côté, la famille de l’adolescent vit un véritable drame, le père du jeune homme témoigne pour la première fois.

A lire aussi : Les derniers mots de Nahel dévoilés par un des passagers

La suite après cette vidéo

Le père de Nahel s’exprime : « Je n’arrive plus à dormir »

La suite après cette publicité

Nahel, âgé de seulement 17 ans, a été tué par un policier lors d’un contrôle routier. Le jeune homme conduisait sans permis et a refusé d’obtempérer.

L’agent des forces de l’ordre lui a tiré dessus. L’adolescent a perdu la vie peu de temps après. L’agent s’est excusé après les faits et il est actuellement en détention.

Un drame qui a touché la France entière. Certains sont dans les rues, notamment des jeunes, pour manifester, créant des émeutes et vandalisant les commerces.

La suite après cette publicité

Tandis que d’autres soutiennent davantage le policier. Une cagnotte en ligne a même été publiée pour aider la famille de l’agent. 1,6 million d’euros. La famille de Nahel a porté plainte contre son créateur.

Et, depuis les faits, les proches de l’adolescent ont enterré l’enfant, en toute intimité. Sa mère a néanmoins pris la parole dans les médias, en restant anonyme.

« Ils m’ont enlevé un bébé », a-t-elle dit, bouleversée, expliquant que son fils lui avait dit qu’il l’aimait le matin même.

La suite après cette publicité

De son côté, le père de Nahel était resté très discret depuis le drame. Toutefois, le quadragénaire a finalement exprimé ce qu’il avait sur le cœur à l’AFP, ce mercredi 5 juillet 2023.

« Je me constitue partie civile pour que justice soit rendue pour Nahel et pour dire que je suis vivant », a d’abord annoncé Hicham H., 42 ans.

Originaire de Colombes, le père de Nahel a également avoué avoir du mal à se remettre des événements. « Je n’arrive plus à dormir », a-t-il confié à son avocat, Me Serge Money.

La suite après cette publicité
famille pere nahel (1)

A lire aussi : Mort de Nahel : Qu’a vraiment dit le policier qui a tiré ? Ses propos remis en cause

« J’attends que le policier qui m’a retiré tous mes espoirs soit condamné »

La suite après cette publicité

« J’ai fait des choix dans ma vie qui ont fait que je n’ai pas pu assister à sa naissance, je n’ai pas vu ses premiers pas, ses premiers mots », explique aussi le papa de l’adolescent.

L’homme de 42 ans avoue avoir eu un « parcours difficile » qui l’a mené en prison. Une chose qu’il regrette car il n’a pas pu être auprès de son fils durant cette période.

Après cela, le père de Nahel a expliqué à l’AFP comment il a appris la disparition de son enfant. « Un ami m’a appelé pour me dire qu’un jeune de 17 ans s’était fait tirer dessus à Nanterre », explique-t-il.

La suite après cette publicité

« Après, j’ai appris que c’était mon fils en voyant la photo, je me suis effondré« , a ajouté le chauffeur-livreur de métier.

« J’attends que le policier qui m’a retiré tous mes espoirs soit condamné, comme tout le monde. Je veux une vraie justice, il a enlevé la vie d’un enfant », a-t-il assuré.

Le père de Nahel a ensuite été interrogé sur les messages de soutien que sa famille a reçu ces derniers jours. Des hommages qui le laissent impassible.

La suite après cette publicité

« Ça ne me fait rien du tout, ça ne me fera pas revenir mon fils. Je ne pourrai jamais rattraper ces années où j’étais absent », a déclaré le père de l’adolescent.

A lire aussi : Les aides sociales des parents des jeunes impliqués dans les émeutes bientôt supprimées ?

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.