Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Arnaque sur internet : Attention si on vous demande de partager votre écran

Publié par Gabrielle le 13 Mai 2022 à 9:50
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les escrocs sont de plus en plus inventifs. Une nouvelle arnaque se propage sur Internet ces deniers temps. Méfiez-vous si on vous demande de partager votre écran d’ordinateur. Il s’agit très certainement d’une escroquerie, qui a déjà fait de nombreuses victimes.

Comment se déroule l’arnaque au partage d’écran ?

Les malfrats sont de plus en plus ingénieux. Il est désormais nécessaire de faire attention à nos ordinateurs et téléphones pour éviter d’être piraté ou arnaqué. Depuis quelques mois, un nouveau type d’arnaque prend de l’ampleur sur internet.

AnyDesk, TeamViewer, Microsoft Teams ou encore Zoom, vous connaissez sans doute un de ces logiciels. Ils permettent, notamment dans le cadre professionnel, de prendre la main sur votre ordinateur à distance grâce à l’outil partage d’écran.

Mais attention, après l’arnaque au faux livreur, les malfrats ont développé l’arnaque au partage d’écran. Se faisant passer pour des conseillers en investissement, les escrocs vous proposent d’installer de nouveaux dispositifs sur votre ordinateur.

partage d'écran

Le nombre de victimes ne cesse d’augmenter

Après avoir mis en confiance sa victime, l’escroc peut désormais utiliser le logiciel de partage d’écran à distance. Les malfrats ont ainsi accès à toutes les données présentes sur votre ordinateur. Ils peuvent notamment récupérer vos coordonnées bancaires.

« Le fait de partager votre écran sans effectuer les vérifications nécessaires peut tout changer en un instant. […] Une fois que les escrocs ont accès à votre écran, ils en ont le contrôle total » , explique Mark Steward, directeur exécutif de la FCA, chargé de l’application de la loi et de la surveillance du marché.

Le nombre de cas a explosé ces derniers mois. Il y aurait eu environ 2 000 victimes depuis juillet 2020. Parmi elles, une Britannique qui a cliqué sur une publicité de cryptomonnaie. Elle a été contactée par un conseiller qui l’a convaincue d’installer un logiciel de partage d’écran. L’escroc a volé sa pension retraite et souscrit plusieurs prêts, le préjudice est de 56 000 euros.

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0