Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Variant anglais : Malgré la légère baisse de l’épidémie, les prévisions des scientifiques sont inquiétantes !

Publié par Lucie B le 16 Fév 2021 à 10:15
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dimanche 14 février, l’Inserm a rendu public des travaux de ses chercheurs sur la modélisation de l’épidémie de Covid-19, en prenant en compte le variant anglais et avec trois scénarios différents.

service-réanimation

À lire aussi : Covid-19 : entre couvre-feu et confinement, quelle solution est la moins impactante pour le moral des Français ?

Une légère récession de l’épidémie de Covid-19

Depuis la semaine dernière, certains chiffres de l’épidémie de Covid-19 sont en légère baisse, notamment le nombre de cas quotidien, ainsi que celui des hospitalisations. Pour ce qui est des entrées en réanimation, le chiffre stagne. Cette légère récession de l’épidémie est due aux mesures comme le couvre-feu à 18 heures, la fermeture de certains centres commerciaux, mais également un changement de comportements de la part des Français.

Cependant, dans le même temps, le variant anglais continue sa progression sur le territoire français. Une situation qui inquiète car celui-ci est entre 40 % à 70 % plus contagieux et qu’il est déjà présent en nombre, notamment à Dunkerque.

3 scénarios mais une prédiction commune suite au variant

Pour faire leurs modélisations, les chercheurs de l’Inserm ont pris en compte ces deux dynamiques, entre le Covid classique qui diminue et le variant qui s’étend. Ils ont imaginé trois scénarios différents : un avec une distanciation renforcée, avec de nouvelles mesures mises en place, un avec les mesures actuelles, et le dernier en diminuant les mesures de distanciation.

Dans ces trois scénarios, le résultat est similaire. Le variant anglais fait repartir à la hausse l’épidémie de Covid-19, entre la fin février et la mi-mars, selon les scénarios. Ces résultats correspondent à une précédente étude, qui date du 16 janvier, déjà réalisée par l’Inserm.

Source : HuffingtonPost

À lire aussi : Covid-19 : le virus pourrait rester avec nous…pour toujours !

close

Inscrivez vous à la Newsletter TDN

Tous les jours le meilleur du web directement dans votre boite mail.
Garanti sans SPAM.


Inscrivez-vous à la newsletter.
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
0