Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

Célibat et rupture : Qui est le plus affecté ?

Publié par Gabrielle Nourry le 22 Jan 2022 à 9:26
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Si vous avez déjà vécu une peine de coeur, vous savez qu’elles peuvent avoir un impact sur notre santé. Selon une récente étude danoise, les hommes et les femmes ne seraient pas à égalité face aux ruptures amoureuses et aux longues périodes de célibat. La santé des hommes serait davantage affectée.

La suite après cette publicité

>>> À lire aussi : Hausse des gestes suicidaires en 2021 : Pourquoi les jeunes filles sont-elles plus concernées ?

La santé des hommes impactée par les ruptures

La suite après cette vidéo

Bien sûr, une rupture est toujours douloureuse. Si elle est suivie d’une longue période de célibat, elle peut avoir d’importants effets négatifs sur la santé. Une étude sur les conséquences du célibat a été réalisée par des chercheurs danois et publiée le 10 janvier. L’étude a été menée sur près de 10 000 personnes âgées de 48 à 62 ans.

La suite après cette publicité

D’après les chercheurs, la santé des hommes serait davantage impactée que celle des femmes. En effet, l’étude a mis en évidence des niveaux d’inflammation dans le sang plus importants chez les hommes seuls qui ont vécu plusieurs ruptures que chez les femmes avec les mêmes critères.

« L’inflammation chronique systémique joue un rôle crucial dans la conduite de plusieurs pathologies liées à l’âge, par exemple le cancer, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2… » , indiquent les chercheurs.

Les femmes intériorisent davantage

La suite après cette publicité

Les hommes qui ont vécu le plus grand nombre de ruptures amoureuses ont un taux d’inflammation 17 % plus élevé que le groupe de référence. L’inflammation apparaît également plus élevée de 12 % chez les hommes qui ont passé plus de 7 ans célibataire.

Les scientifiques n’ont pas fait le même constat chez les femmes. « Comme l’étude est limitée à un groupe de femmes relativement plus petit, cela pourrait expliquer les résultats non significatifs » , précisent les chercheurs. En effet, les femmes étaient au nombre de 2 941 contre 6 506 hommes.

Cette différence pourrait également s’expliquer par la réaction différente des hommes et des femmes en cas de chagrin. Les hommes ont tendance à extérioriser, en ayant des pratiques à risque comme la consommation d’alcool. Les femmes ont des troubles d’internalisation comme la dépression.

La suite après cette publicité
santé hommes

>>> À lire aussi : Stonewalling : ce comportement toxique qui brise votre couple

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.