Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Vidéos

Mort d’un torero encorné : la chanson de Frédéric Fromet sur France Inter ne passe pas, le CSA a été saisi !

Publié par Notre Rédaction le 26 Juin 2017 à 15:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail


Peut-on rire de tout ?

La suite après cette publicité

C’est l’éternelle question qui se pose à chaque fois que certains jugent que l’humour noir « va trop loin » ou que les représailles font rage. Et manifestement, nous ne sommes pas prêts de nous mettre d’accord sur la question. Posons un peu le contexte. Le 17 Juin dernier, le torero Ivan Fandiño a été tué en se faisant encorner par un taureau. Quand on est torero c’est un peu les risques du métier. Oui parce que torero c’est un métier. Et c’est aussi considéré comme un art. (je reviens je vais vomir).

 

Sur France Inter, plusieurs artistes ont réagi à ce décès. Alison Wheeler a décidé d’incarner son personnage Marie 6-Tith pour parler de cet événement de façon très ironique et en faisant défendre la corrida par son personnage.  L’humoriste chanteur Fréderic Fromet a choisi un angle beaucoup plus offensif en se moquant ouvertement de ce qui est arrivé au torero (vidéo ci-dessus). Et ça n’a pas plus. Les paroles sont pour le moins explicites : « Tu t’es bien fait encorner, fallait pas faire le kéké », « gicle, gicle tes boyaux », « t’es parti comme une bouse », « e sang en gaspacho », « brochette espagnola », « superbe tortilla », « le foie dans la paella »,  « réduit en chorizo », « petites couilles en tapas ». 

La suite après cette publicité

 

L’Union des villes taurines de France (UVTF) et l’Observatoire national des cultures taurines (ONCT) ont saisi le CSA :

 

La suite après cette publicité

« C’est avec effarement et consternation que nous avons pris connaissance de la chanson de Frédéric Fromet diffusée sur France Inter, tout au long de laquelle sont dépassées les limites de la bêtise mais surtout de l’ignominie. Comment peut-on perdre à ce point le sens de l’humain et se vautrer dans la méchanceté gratuite, au moment où une famille perd son fils, son époux, son père, et des millions d’aficionados un artiste admiré. » ? Ils jugent que « les limites admissibles de la liberté d’expression » ont été franchies et exigent un droit de réponse ainsi que des excuses publiques de la part de l’auteur , « pour l’honneur de la radio du service public et pour la crédibilité de ses programmes ». 

 

Qu’en pensez-vous ? N’oublions quand même pas que l’on massacre à tout va des taureaux pour des « spectacles » au nom d’une « tradition ». Certains jugent la mort d’un taureau « belle, émouvante »…

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.