Une compagnie accusée de laisser ses voyageurs regarder trop de films pornos en plein vol !

La compagnie United Airlines a été interpellée par des associations qui lui reprochent le non contrôle du visionnage des films pornos à son bord. Le National Center on Sexual Exploitation (NCOSE) a décidé d’agir en plaçant l’entreprise dans sa liste « dirty dozen liste« . Cette liste répertorie les entreprises facilitant, de manière directe ou indirecte, l’exploitation sexuelle.

À lire aussi : Avion : un homme pète un câble sur le siège de sa voisine et crée le scandale (vidéo)

Comment la compagnie facilite-t-elle l’exploitation sexuelle ?

Dans un premier temps, les associations reprochent à l’entreprise l’augmentation vertigineuse du nombre de voyageurs consommants des films pornographiques hardcore pendant ses vols.

Par voie de conséquence directe, la compagnie est aussi accusée de mal gérer la formation de son équipage face aux comportements sexuels déviants.

Le National Center on Sexual Exploitation (NCOSE) a son avis sur la question et a affirmé sur son site internet que « Les équipages de United Airlines ont apparemment reçu une formation inefficace en raison d’échecs constants dans la lutte contre les actes de harcèlement sexuel, le discours ou l’utilisation de pornographie » .

Une réaction de la compagnie refusant d’être perçue comme démocratisant l’exploitation sexuelle à son bord

Malgré ces accusations, la compagnie ne se laisse pas abattre. En effet, United Airline a annoncé, dans un communiqué de presse de janvier 2020, être à l’initiative d’une nouvelle formation concernant tous les agents à bord.

La mission de celle-ci est basée sur les différentes manières de gérer les comportements des passagers visionnants des contenus pornographiques et pouvant devenir de potentiels agresseurs à bord.

Cette réaction rapide de l’entreprise a eu son utilité car elle a été retirée de la liste fatale du NCOSE. 

Un scandale d’exploitation sexuelle en plus pour l’entreprise

United Airline est une mauvaise élève. En effet, elle a déjà versé 295.000 euros de compensation à une de ses hôtesses de l’air, agressée sexuellement par un de ses pilotes.

L’entreprise n’aurait pas suffisamment protégé la victime, qui aurait à plusieurs reprises alerté la hiérarchie des comportements de son agresseur.

Selon CNN, les cas d’agressions sexuelles à bord des compagnies aériennes ne cessent d’augmenter. Le FBI aurait constaté une augmentation de celles-ci de 66% de 2014 à 2017. Il s’agit principalement d’agressions commises durant les vols de nuit opérés sur des trajets de plus de 3h.

À lire aussi: Pour pouvoir prendre l’avion, elle a dû faire quelque chose d’impensable

En savoir plus sur : - - -

Publié par Salomee le 18 Fév 2020
0