Tranquille en string sur sa serviette de bain pendant le confinement, elle s’indigne de la fermeture des plages ! (vidéo)

Depuis le 17 mars, la France est en confinement. Même si tout le monde en parle et que les médias le rabâchent, il semblerait que certains ne comprennent toujours pas la définition du mot : confinement. À Nice, une femme a eu une réaction déroutante face à la fermeture des plages, trouvant cette décision « aberrante » , comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

>> À lire aussi : Coronavirus : une rumeur de stade 4 circule, mais que signifie ce stade ?

Une femme refuse le confinement !

Alors qu’un homme se promène sur la plage, ce dernier interpelle une femme sur le sable, alors qu’elle est en train de bronzer. Le journaliste de Nice Matin, Grégory Leclerc, informe alors la femme, Christiane, qu’un décret a été mis en place pour interdire les promenades sur la plage et sur la promenade des Anglais.

Une interdiction que l’habitante de Nice ne comprend pas. « C’est merdique ! C’est con […] Je ne peux pas rester confiné dans un appartement » dit alors la citoyenne au journaliste. Cette dernière explique son refus par le beau temps et la tranquillité de la plage, visiblement peu soucieuse de se faire verbaliser par la police.

>> À lire aussi : Coronavirus : découvrez combien de temps durera la pandémie selon l’autorité sanitaire allemande

La femme a déjà eu une amende de 135 euros !

En poursuivant son entretien improvisé, Christiane avoue qu’elle s’est déjà faite verbaliser le matin même par des agents des forces de l’ordre. « Ce matin, je me suis fait choper, bien sûr. En allant courir » s’en amuse la femme. 135 euros d’amende qui n’ont pas eu l’air de la freiner dans son envie de prendre un grand de soleil sur la plage, alors que les policiers tentent de faire respecter les mesures de sécurité.

Mais la femme s’interroge : « S’il ferme la plage, qu’est ce qui va se passer dans cette ville ? On va tous crever alors » . Le journaliste tente alors d’expliquer à la femme que ces mesures sont mises en place pour éviter la propagation du virus, et lui demande si elle trouve cela démesuré… Une question à laquelle la femme répond : « Oui ! Parce que de toute façon, les trois-quarts des gens qui se promène n’ont pas de masque, ils ont des gants […] Mais ce sont surtout les plus faibles normalement à qui il s’attaque, ce virus !  » avant de conclure : « C’est aberrant ce qu’il fait, le préfet » .

Encore aujourd’hui, médecins et personnalités politiques ont rappelé que si le confinement n’est pas respecté, ce dernier sera reconduit encore pendant plusieurs semaines. Avec peut-être, des mesures encore plus drastiques ?

>> À lire aussi : Coronavirus : est-ce vraiment utile de faire des stocks ?

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Jessy le 20 Mar 2020
0