Christian Quesada : la date de son procès dévoilée et elle approche !

L’affaire Christian Quesada n’est pas encore passée devant la justice. Pour rappel, le grand champion de l’émission Les 12 coups de midi est accusé de détention d’images à caractère pédopornographique. La date de son procès est enfin connue.

A lire aussi : Lidl prévoit un bar à côté de son magasin pour que les clients puissent boire une bière en sortant des courses

Christian Quesada avait su toucher le public français lors de sa participation à l’émission de TF1 Les 12 coups de midi. Dans l’émission de Jean-Luc Reichmann, il avait battu tous les records, repartant avec plus de 800 000 euros après 193 participations. Anciennement SDF, ce succès marquait un nouveau départ pour ce père célibataire de 55 ans. Il avait vécu de douloureuses épreuves : suicide de son frère, mort de sa mère, addictions… Pourtant, en mars 2019, tout le public tombe de dix étages. Leur champion est mis en examen pour corruption de mineur et détentions d’images à caractère pédopornographique.

Le procès de Christian Quesada approche à grand pas

Les contenus et les révélations choquent. On retrouve des images de viol d’enfants, les témoignages de jeunes filles s’enchaînent. Elles expliquaient notamment que le père de 55 ans profitait de sa notoriété pour aborder des mineures sur les réseaux sociaux. Il leur envoyait « par accident » des photos de son sexe. Il se serait aussi fait passer pour une adolescente afin de les approcher.

Christian Quesada va donc devoir répondre de ses actes lors de son procès le 8 avril 2020. Il va se rendre devant le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, d’après Le Progrès. Sa détention provisoire ne peut, en effet, excéder une année. La justice a refusé ces deux demandes de remise en liberté au cours de l’année. Elle avait par peur qu’il tente de mettre la pression aux témoins à sa sortie.

Les risques pour de telles accusations sont les suivants : une peine maximale de sept ans d’emprisonnement et 100 00 euros d’amende pour la détention d’image à caractère pédopornographiques. Pour la tentative de corruption de mineur, il risque 5 ans de prison et 75 00 euros d’amende.

A lire aussi : Meurtre d’Estelle Mouzin : les mots glaçants de Michel Fourniret au juge

En savoir plus sur : -

Publié par Romane le 16 Mar 2020
0