Témoignage : « Mon petit ami m’a droguée et violée parce que je refusais de perdre ma virginité »

Mayci Jones Neeley est une community manager californienne, qui a eu le courage de parler. Elle a accepté de raconter le calvaire et le traumatisme qu’elle a vécus afin que d’autres femmes osent parler à leur tour. Sur Instagram, elle dénonce les agissements de son ex-petit-ami qui l’a droguée afin d’abuser d’elle, alors qu’elle refusait d’avoir des relations sexuelles car elle souhaitait garder sa virginité.

> À lire aussi : Une jeune femme violée au Hellfest lance un appel à l’aide

Une jeune femme raconte son calvaire avec son petit-ami abusif et jaloux

C’est à une soirée de réveillon du Nouvel An que Mayci Jones Neeley a rencontré pour la première fois celui qui allait devenir son petit-ami. Après la soirée, ils ont gardé contact et ont commencé à construire une relation à distance, via les réseaux sociaux. Jusqu’au jour où ils ont déménagé dans la même ville et ont débuté une vraie relation, se voyant beaucoup plus souvent. C’est alors que le jeune homme a commencé à avoir des comportements de jalousie assez fréquents. Il vérifiait son téléphone, il l’accusait de le tromper et surtout, il lui mettait la pression pour qu’ils aient des rapports sexuels. Mayci étant mormone, il était hors de question pour elle de coucher avec un homme avant le mariage.

Mayci a rencontré son petit ami le soir du Nouvel An et a entamé une relation à distance

> À lire aussi : Viol conjugal : une femme réalise que son mari la viole durant son sommeil et garde les vidéos….

Il l’a forcée à boire et voulait avoir des rapports sexuels avec elle

« Les abus dans les relations sont plus fréquents qu’on le pense », explique Mayci sur son compte Instagram. « Ça commence souvent par des petites choses comme la jalousie ou la façon dont il parle des autres. » Dans son post Instagram, elle raconte que lorsque leur relation était à distance, tout était parfait, car il lui envoyait des fleurs sans raisons. « Tout semblait trop beau pour être vrai et c’était le cas. » Quand ils ont arrêté leur relation virtuelle pour passer à une véritable relation, il s’est mis « à lire mes SMS et il me mettait la pression pour faire des choses sexuelles, ce que je ne l’avais jamais fait pour des raisons religieuses. Je lui ai dit non, encore et encore, jusqu’à ce qu’il finisse par m’y forcer, en me touchant physiquement ». Les contacts physiques étaient de plus en plus insistants au fil du temps.

> À lire aussi : 11 mythes idiots sur le sexe qu’on a tenté de nous faire croire

Elle a été victime de nombreux actes de violence

« Il m’a poussée à boire de l’alcool, ce qui va à l’encontre du code d’honneur de mon école et de mes croyances religieuses. Après avoir dit non encore et encore, j’ai finalement cédé pour éviter de me faire crier dessus et d’être agressée verbalement. C’est à ce moment-là que notre relation a pris un tournant pour le pire. Quand il buvait, il devenait une autre personne. » Le personnage violent faisait son apparition. Il poussait Mayci contre les murs et l’étranglait. Un soir, il l’a maintenue contre la porte si fort, qu’elle s’est entaillée le talon pendant l’agression.  « Après avoir vu qu’il m’avait fait mal, il s’est mis à se donner des coups de poing dans le visage, répétant encore et encore qu’il était désolé ».

Plaquée contre la porte, elle s’est entaillée le talon

> À lire aussi : Violences conjugales : un célèbre manager frappe sa maîtresse, la vidéo révoltante qui scandalise les réseaux sociaux !

La jeune femme refusait de perdre sa virginité pour des raisons religieuses

À plusieurs reprises, Mayci a composé le 911 sur son téléphone pour demander l’aide, craignant pour sa vie, mais elle n’a jamais eu le courage d’appuyer sur le bouton d’appel. « Un soir, il a tenté de se couper les poignets devant moi. Non pas qu’il était suicidaire, car il n’avait pas coupé profondément, mais juste assez pour qu’il y ait du sang qui sorte. Il a fait ça parce qu’il sait que j’ai la phobie du sang et des aiguilles. Il voulait simplement avoir mon attention et c’était sa façon de me punir. À ce moment-là, nous avions déjà fait des choses sexuelles, exceptée la pénétration. Je lui avais dit que je gardais ma virginité pour mon mariage. »

> À lire aussi : Le geste fort et symbolique de cet artiste turc pour lutter contre les violences conjugales

Son petit-ami l’a droguée et violée puis l’a insultée

Pour arriver à ses fins, son petit-ami a décidé de prendre les choses en main. Un soir, alors qu’il l’avait forcée à boire, elle ne se souvient que d’avoir bu un seul verre. Puis c’est le trou noir complet. « D’habitude je pouvais boire trois verres avant de commencer à seulement me sentir un peu pompette. » Mais cette fois-ci, la seule chose dont elle se souvient avant son trou de mémoire est de lui, assis sur elle, et elle qui lui dit : « Non, je ne veux pas ». « J’étais tellement léthargique que je ne pouvais presque pas garder mes yeux ouverts. De cette nuit-là, j’en ai seulement des flashs. » Le lendemain matin, il lui a dit : « Je n’en reviens pas de ce qu’il s’est passé hier soir ! ». « Que s’est-il passé hier soir ? », lui a-t-elle demandé inquiète. « On a fait l’amour », a-t-il répondu. « Non, ce n’est pas vrai », dit-elle alors que son monde s’est effondré autour d’elle. C’est alors que le jeune homme s’est mis dans une colère folle car elle ne se souvenait pas de leur première fois. Après cette nuit terrible, il n’était plus le même et était agressif en permanence. Il la traitait de « p*** », de « sal*** » devant ses amis ou quand elle parlait à d’autres hommes.

Son petit-ami devenait de plus en plus violent et abusif

> À lire aussi : Le GBL, dérivé de la « drogue du viol », fait des ravages à Paris : les autorités s’inquiètent… (vidéo)

Elle tente de reconstruire sa vie avec son mari et son fils

Mayci a finalement trouvé le courage de rompre et de s’éloigner de cet homme toxique pour elle. Aujourd’hui âgée de 24 ans, maman d’un petit garçon de 4 ans, elle s’est également mariée récemment. « Même si je m’en suis sortie, mentalement je suis détraquée à cause des abus et du viol. J’ai utilisé l’alcool pour noyer mon chagrin et me faire oublier. Le plus difficile fut de me pardonner à moi-même. Je m’en suis beaucoup voulu pour ce qui est arrivé et j’étais très en colère contre moi-même. » C’est en acceptant sa condition de victime, qu’elle a compris qu’elle n’était en rien responsable de la manipulation dont elle a été victime pendant tout ce temps. Maintenant qu’elle essaie de tourner la page, ayant un mari aimant et compréhensif, elle tente de reconstruire sa vie, d’arrêter l’alcool et de donner le courage à d’autres femmes de fuir le plus vite possible ce type de relation. Depuis qu’elle s’est exprimée sur Instagram, elle reçoit des centaines de messages de femmes qui se reconnaissent dans son témoignage.

Aujourd’hui, elle vit avec son fils de 4 ans et s’est mariée avec Jacob il y a deux ans

> À lire aussi : Comment cette mère a sauvé sa fille du trafic sexuel en se faisant passer pour un client et en la réservant…

Crédits : MDWfeatures, Instagram/maycineeley

En savoir plus sur : - - - - -

Publié par Nicolas F le 10 Nov 2019
0