Ces poils qu’il ne faut surtout pas retirer

Les poils ne sont pas sales ! On le sait toutes et tous. Sauf que voilà, une fois que nous sommes motivé.e.s à prendre notre pince à épiler, qu’on arrive enfin à s’accorder un peu de temps pour soi et qu’on se met devant notre miroir grossissant, on ne voit plus que ça. Et c’est comme ça qu’on commence par exterminer le moindre poil. Erreur ! Il y a des endroits où non : on ne doit pas les retirer.

 

Les poils sont nos amis

Oui, on le répètera autant de fois que nécessaire : nos poils sont nos amis ! Ils sont là pour une raison ! Ceux du nez filtrent l’air et les impuretés, ceux des cils et des sourcils sont là pour empêcher que des indésirables ne se faufilent dans nos yeux.

 

>> À lire aussi : la femme « la plus poilue du monde » a bien grandi et a trouvé l’amour

 

Les poils servent de barrières à la chaleur, au froid, aux UV (comme les cheveux qui empêchent que le crâne ne soit trop exposé au soleil) et, parfois, ils servent même à nourrir votre peau.

 

Les poils des jambes, par exemple. Leur bulbe sécrète du sébum. Sébum qui évite la déshydration de la peau. Alors retirer certains (et non pas les exterminer) est au choix de chacun. Cependant, il y en a qu’il ne faut surtout pas enlever ! Posez rasoirs, pinces et épilateurs.

 

Ces poils auxquels on ne touche pas

Tout d’abord, le visage. Tous les professionnels déconseillent de s’épiler le duvet du visage, au risque qu’il repousse plus drus. La solution la plus efficace reste la décoloration.

 

Sauf qu’après la ménopause où un accouchement, on ne choisit pas forcément sa pilosité. On remerciera les oestrogènes ! Auquel cas, si vraiment vous n’en pouvez plus, utilisez une cire visage ou une pince à épiler. Et surtout, nettoyez et désinfectez votre peau avant … Cela évitera l’arrivée de boutons !

 

Le poils du nez. Alors là, on n’y touche pas : on vous l’a dit, ils servent de filtre à l’air respiré. Sans ces poils, vous n’êtes plus protégé, c’est aussi simple que ça. Alors couper (avec soin) ceux qui dépassent, OK. Mais tous les retirer : surtout pas !

 

Les cheveux blancs. On le reconnaît, c’est tentant. Mais il ne faut pas non plus : un cheveux a une durée de vie limitée. Ce n’est pas éternel, vous voyez ? A force de les retirer, on se retrouve avec moins de masse capillaire. CQFD.

 

Les poils pubiens

Les poils pubiens. Crions-le une bonne fois pour toutes : vos poils pubiens ne sont pas sales et ne provoquent pas de « mauvaises odeurs ». Ils protègent une zone très sensible en protégeant contre les frictions (des habits ou celles que vous voulez !).

 

>>Découvrez aussi : 12 femmes qui ont décidé de rester poilues pour l’hiver 

 

Et, si vous ne le saviez pas, voici une bonne nouvelle : nos poils pubiens retiennent des phéromones. Ceux de la vulve. Et donc, plus de plaisir !

 

Alors pour épiler le mont de Vénus, inutile d’aller dans les extrêmes. On évite le rasoir, la crème … Tout autant de produits qui pourraient nous provoquer de mini coupures. Et pour que ce soit bien fait, mieux vaut passer par la case esthéticienne. Ne mentez pas ! Nous avons déjà toutes expérimenté l’intégral, au rasoir. Ca pique, ça gratte voire démange, ça fiche une peau de poulet, des poils incarnés … Bref, c’est pas top ! Et ça, c’est quand on ne s’est pas choppée une sciatique en essayant, seule, d’atteindre tous les poils, dans notre douche d’un mètre carré.

 

Et puis, entre nous soit dit, une femme (ou un homme) qui s’assume avec ses poils, c’est quand même vachement mieux qu’une personne parfaitement épilée … Mais qui se planque ! Alors nos poils, on les regarde avec amour. Et si un jour, on vous fait une remarque sur le sujet, envoyez balader !

En savoir plus sur : -

Publié par Mélaine le 08 Déc 2018
 
0