Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Arrêt de travail : Dois-je répondre à mon chef qui demande de mes nouvelles ?

Publié par Nils Guibert le 22 Fév 2024 à 9:25
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Dans le monde du travail d’aujourd’hui, où la frontière entre vie professionnelle et personnelle semble de plus en plus floue, une question brûlante se pose : en arrêt de travail, sommes-nous obligés de répondre à notre chef qui prend de nos nouvelles ?

Publicité

C’est une interrogation légitime qui mérite qu’on s’y attarde, surtout dans un contexte où le bien-être au travail est devenu un enjeu majeur.

A lire aussi : Après 74 années de travail sans aucune absence, cette femme prend enfin sa retraite a 90 ans

La règle d’or de la communication en arrêt maladie

Publicité

Premièrement, il est essentiel de comprendre que l’arrêt de travail est un droit. Lorsqu’un médecin prescrit un arrêt, c’est pour permettre au salarié de se reposer et de récupérer de sa maladie ou de son accident.

Pendant cette période, le salarié est libéré de ses obligations professionnelles, y compris la communication avec son lieu de travail. Cela signifie que répondre aux e-mails, appels ou messages de son employeur n’est pas une obligation.

Mais alors, pourquoi certains employés se sentent-ils obligés de rester connectés, même en arrêt de travail ?

Publicité

La culture d’entreprise joue un rôle crucial dans cette perception. Dans certaines organisations, la pression pour être toujours disponible, même en dehors des heures de travail, crée un environnement dans lequel les employés se sentent coupables de prendre du repos complet.

Il est vital de rappeler que la santé doit toujours passer en premier, et cela inclut la santé mentale.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Quand la sollicitude cache une pression

Publicité

Cependant, la réalité du terrain montre que certains managers, sous couvert de s’inquiéter pour la santé de leur employé, peuvent en réalité exercer une forme de pression pour un retour anticipé au travail ou pour continuer à faire avancer certains dossiers.

Il est crucial de savoir que le droit au repos est inaliénable et qu’un employé en arrêt de travail doit pouvoir jouir de ce temps sans se sentir coupable ou contraint de rester en contact avec son environnement professionnel.

Cette pression peut prendre diverses formes : messages bien intentionnés qui rappellent subtilement les deadlines à venir, appels pour « juste vérifier » comment vous allez, mais qui finissent par discuter travail.

Publicité

Il est important de reconnaître ces tactiques et de se sentir libre de mettre des limites fermes.

Que dois-je faire vis-à-vis de mon boss quand je suis en arrêt maladie

Et si le chef prend vraiment de vos nouvelles ?

Publicité

Il arrive que certaines sollicitations soient bien intentionnées. Dans ce cas, il n’y a pas de mal à donner de ses nouvelles, à condition que cela ne devienne pas une source de stress ou une obligation.

La communication doit rester à la discrétion de l’employé, qui peut choisir de répondre brièvement pour rassurer son équipe, sans pour autant s’engager dans des discussions professionnelles.

La transparence et la communication sont essentielles dans ces situations. Si vous décidez de répondre, il peut être utile de fixer des attentes claires dès le début.

Publicité

Par exemple, vous pouvez indiquer que vous ne serez pas disponible pour des tâches professionnelles pendant votre arrêt, mais que vous fournirez une mise à jour sur votre état de santé si nécessaire.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

En conclusion : écoutez-vous !

L’arrêt de travail est un moment pour se concentrer sur sa santé et sa récupération. Il est important de mettre des limites claires entre vie professionnelle et personnelle, surtout dans ces moments où le corps et l’esprit demandent du repos.

Publicité

Si votre chef vous contacte, rappelez-vous que vous avez le droit de ne pas répondre. Et si vous choisissez de le faire, faites-le selon vos termes, sans laisser la porte ouverte à des obligations professionnelles qui pourraient nuire à votre rétablissement.

En somme, la réponse à la question initiale est nuancée. Bien qu’il ne soit pas obligatoire de répondre à son employeur en arrêt de travail, la décision revient à chaque individu, en fonction de sa relation avec son manager et de son état de santé.

L’important est de toujours privilégier son bien-être et sa santé, sans se laisser submerger par les attentes professionnelles.

Publicité

Dans un monde idéal, les employeurs reconnaîtraient et respecteraient le besoin de repos et de récupération de leurs employés, sans ajouter de pression supplémentaire.

À lire aussi : Elle se blesse en télétravail et exige d’être payée jugeant avoir été victime d’un accident de travail

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.