Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

État d’urgence, couvre-feu : quels scénarios sont possibles face à l’explosion des violences après la mort de Nahel ?

Publié par Fanny Jacob le 30 Juin 2023 à 16:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Depuis la disparition de Nahel, tué par un policier à Nanterre, les violences s’enchaînent dans de nombreuses villes. Le gouvernement a deux doigts de déclarer l’état d’urgence ?

La suite après cette publicité

A lire aussi : « Ils m’ont enlevé un bébé » : la mère de Nahel livre un témoignage poignant

Nahel, tué par un policier : de nombreux débordements en France

Après trois nuits d’extrêmes violences dans les rues françaises, suite au décès de Nahel, Emmanuel Macron a pris la parole et a annoncé d’une cellule de crise exceptionnelle serait convoquée ce vendredi.

La suite après cette publicité

Pour cause, des mairies se font incendier, des voitures de police sont calcinées, des petits commerces et des écoles sont également vandalisés… Les tensions sont de plus en plus fortes.

Pour rappel, le pays était déjà en mauvaise posture après le passage de la réforme des retraites en force avec le 49.3.

Mais, aujourd’hui, une grosse partie de la population est dans la rue pour protester contre le « meurtre » de Nahel, 17 ans.

La suite après cette publicité

Le jeune homme a perdu la vie au volant d’une voiture louée à Nanterre. Il s’est fait tirer dessus par un policier. Nahel refusait de se faire contrôler et il aurait tenté de foncer sur les agents avec la voiture. Le policier lui a tiré dessus alors qu’il refusait d’obtempérer.

Un acte terrible de la part du policier fermement condamné par Emmanuel Macron. L’agent, de son côté, s’est excusé après les faits et risque la détention.

nahel etat urgence violences (1)
La suite après cette publicité

A lire aussi : Emmanuel Macron en train de danser pendant les émeutes : la vidéo qui fait scandale

Face aux violences, le couvre-feu et l’état d’urgence sont possibles

Mais, malgré la volonté d’Emmanuel Macron que « justice se passe » , le pays est en feu. Les violences sont nombreuses et continuent dans de nombreuses villes et, surtout, à Paris.

La suite après cette publicité

Face aux débordements, Emmanuel Macron a réitéré ce vendredi que « rien ne justifie la violence » . Il a aussi déclaré que beaucoup de gens ont été interpellés, des « jeunes, voire très jeunes » .

Dans ce cadre, plusieurs villes ont déjà instauré un couvre-feu, c’est le cas à Denain dans le Nord, à Meudon, à Neuilly-sur-Marne, à Savigny-le-Temple et Clamart en Île-de-France et de Compiègne dans l’Oise. Le couvre-feu commence à 20 heures. Des couvre-feux dans d’autres villes ne sont pas exclus.

L’état d’urgence n’est pas non plus écarté et il pourrait être instauré très bientôt. Elisabeth Borne a déclaré que « toutes les hypothèses«  étaient en réflexion pour ramener l’ordre.

La suite après cette publicité

État d’urgence, couvre-feux, mais aussi des restrictions de partage sur les réseaux

Notez que les transports en commun s’arrêteront plus tôt dans certaines villes, jusqu’à ce que les choses se calment. C’est le cas à Marseille et en Île-de-France. Et, toute « manifestation revendicative«  est interdite sur Marseille.

Le gouvernement a aussi annoncé que des mesures seront bientôt prises pour limiter les images diffusées sur le net. D’après Emmanuel Macron, les contenus les plus sensibles seront retirés des réseaux.

La suite après cette publicité

« Les plateformes et les réseaux sociaux jouent un rôle considérable dans les évènements. Nous avons vu l’organisation de rassemblement se faire sur les plateformes et constaté une forme de mimétisme de la violence » , a-t-il déclaré.

« Nous prendrons plusieurs dispositions : le retrait des contenus les plus sensibles. Des demandes seront faites partout ou c’est utile pour avoir l’identité de celles et ceux qui exacerbent la violence » , a-t-il ajouté.

A lire aussi : Ce policier tire sur un conducteur de 17 ans : la vidéo fait polémique