Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Emmanuel Macron insulté : Qui est la femme qui a été interpellée ?

Publié par Victor Adan Vergara le 30 Mar 2023 à 11:07
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Valérie, quinquagénaire, est accusée d’outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique. La militante des Gilets Jaunes aurait qualifié Emmanuel Macron d' »ordure » sur ses réseaux sociaux. Son procès aura lieu le 20 juin.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Ayem Nour : En larmes, elle lance un appel à… Emmanuel Macron pour rentrer en France avec son fils

Une femme arrêtée pour un « Macron ordure »

Le 24 mars, à 10h, Valérie ouvre la porte de chez elle. Elle ne s’attendait vraiment pas à trouver trois policiers sur le pas de sa porte. Pour la Voix du Nord, elle se rappelle : « Je leur ai demandé si c’était une blague ; c’est la première fois que je suis arrêtée » .

La suite après cette vidéo
La suite après cette publicité

En convalescence suite à une blessure au bras, Valérie est transportée au centre hospitalier de la région de Saint-Omer. Là-bas, ils contrôlent son état de santé avant de la ramener au commissariat. On lui explique alors qu’elle est soupçonnée d’avoir écrit « Macron ordure«  devant le dépôt de déchets d’Arques.

Valérie insulte emmanuel macron ordure justice pas-de-calais saint-omer france
Valérie, militante des Gilets Jaunes.

Valérie l’assure au micro du quotidien régional, « j’ai juste été prise en photo devant en train de sourire » . À 18h, Valérie a été présentée au procureur du tribunal de Saint-Omer. Son jugement, pour outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique, aura lieu le 20 juin prochain.

La suite après cette publicité

À lire aussi : L’Elysée renonce à une mesure phare d’Emmanuel Macron

Une procédure rare, elle encourt un an de prison

Sur son Facebook, un message a attiré l’œil des policiers. Le 21 mars, elle écrit ceci : « L’ordure va parler demain à 13 heures, pour les gens qui ne sont rien, c’est tjrs à la télé que l’on trouve les ordures » . Une interview du chef de l’État qui avait d’ailleurs bien énervé les Français.

La suite après cette publicité

La quinquagénaire, qui s’oppose fermement à la réforme du travail, plaide la maladresse. Elle le dit, « C’est bien moi qui ai fait cette publication » . Cependant, elle affirme avoir voulu faire un jeu de mots, « Or dur », que le correcteur a modifié.

Elle souligne : « D’ailleurs, je ne le cite même pas (Emmanuel Macron) » . Ses arguments n’ont pas convaincu les enquêteurs.

L’enquête a été ouverte suite à une plainte contre X. Elle a été déposée par Guillaume Thirard, sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Omer. Il explique : « J’ai eu connaissance de photos et de publications injurieuses et c’est mon devoir de le signaler » .

La suite après cette publicité

Valérie s’étonne : « Les policiers m’ont dit qu’ils voyaient très rarement une procédure de ce type » .

Valérie insulte emmanuel macron ordure justice pas-de-calais saint-omer france

Elle l’assume, oui, elle partage « énormément de vidéos de violences policières ou de violences politiques« . Valérie le martèle : « Je dis souvent ce que je pense, mais toujours dans le respect de la loi » . Cependant, elle l’avoue, elle se relira « plus attentivement » les prochaines fois.

La suite après cette publicité

À noter qu’en France, le délit d’injure envers le chef de l’État a été supprimé en 2013. Néanmoins, celui d’outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique est passible d’un an de prison. Ainsi que 15 000 euros d’amende.

À lire aussi : Démission, frustration : cette interview d’Emmanuel Macron à laquelle personne ne s’attendait

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.