Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Macron victime d’une tentative d’assassinat : que s’est-il passé ?

Publié par Celine Spectra le 12 Avr 2022 à 9:44
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En novembre 2018, le Président qui, lors des résultats à la présidentielle, a eu un geste tendre envers son épouse Brigitte, était en voyage dans l’Est du pays afin de célébrer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Et ce jour là; Emmanuel Macron a été la cible d’une tentative d’assassinat organisée par quatre hommes.

macron

Macron victime d’une tentative d’assassinat !

Au cours de l’histoire, un grand nombre de présidents ont été victimes ou ont échappé de justesse à des tentatives d’assassinat. Et celui qui va prochainement affronter Marine Le Pen lors du fameux débat de l’entre-deux-tours n’a pas fait exception à la règle ! En effet, en novembre 2018, un groupe composé de quatre personnes a essayé de tuer le président lors de sa présence à la commémoration du centenaire de la Grande Guerre en Moselle.

Parmi eux, Jean-Pierre Bouyer, retraité Isérois, visiblement meneur du groupe. Antoine, son très jeune protégé, plongeur chez McDonald’s. Ainsi que deux acolytes Mickaël et David. Les policiers de la DGSI avaient décrit leur groupe, nommé « les Barjols », en référence aux légionnaires du Mali, comme étant « anticonstitutionnel. 

Sous étroite surveillance depuis ses étranges publications sur Facebook

Dès mi 2018, Jean-Pierre Bouyer était déjà sous surveillance par les enquêteurs. En effet, ce dernier proférait des menaces violentes contre « le président des riches » sur Facebook. Il aurait également confié à un de ses proches désirer frapper le chef de l’État actuel avec un couteau en céramique. Pour lui, c’était d’ailleurs la meilleure solution étant donné que la lame aurait été indétectable aux portiques de sécurité. Le 31 octobre, la DGSI s’était vu confier par la section antiterroriste du parquet de Paris une enquête préliminaire. Les forces de l’ordre avaient alors immédiatement placé le retraité sur écoute. Et surveillaient, par ailleurs, de très près ses contacts. C’est ainsi qu’ils avaient remarqué qu’une étrange réunion avait eu lieu le 5 novembre au soir chez David.

Très inquiets lors du déplacement de Jean-Pierre Bouyer et d’Antoine en Moselle lors de la visite d’Emmanuel Macron, les enquêteurs avaient souhaité précipiter les interpellations. Dans un premier temps entendu par la DGSI, les deux suspects avaient nié désirer tuer le président. Mais finalement, les perquisitions réalisées au domicile du soixantenaire l’incriminaient rapidement ! En effet, les enquêteurs avaient retrouvé des pistolets, des poignards, des fusils, des munitions, des couteaux… Ainsi que du matériel de survie.

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0