Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

« Je vais la tuer quand elle rentrera à la maison » : cette recherche Google a augmenté de 39% pendant le confinement

Publié par Nicolas F le 04 Mai 2021 à 5:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La crise sanitaire a de nombreuses conséquences sur la vie de famille. L’une de ces conséquences est l’augmentation de la violence au sein des foyers. Une étude fait écho à cette triste constatation en partageant des données troublantes. La recherche « Je vais la tuer quand elle rentrera à la maison » aurait été tapée plus de 178 millions de fois sur le moteur de recherches Google en 2020.

>>> À lire aussi : Hausse des divorces après le confinement ? La Chine prend une décision radicale !

Une étude sur la recherche prédictive de Google en période de confinement

Selon un sondage IFOP, relayé par RTL, 9% des femmes en couple indiquent avoir été victimes de violences conjugales pendant le premier confinement de 2020. « Pour 30% d’entre elles, ces violences ont précisément commencé pendant cette période de confinement ». Cette constatation est étayée par une découverte stupéfiante faite par Katerina Standish, directrice du Centre national d’Étude sur la paix et les conflits, à l’université d’Otago, en Nouvelle-Zélande. L’étude, qui portait sur les recherches Google en période de covid-19, a été publiée dans The Journal of General Psychology.

>>> À lire aussi : Coups, insultes, agressions : découvrez ces 20 stars qui ont été victimes de violences conjugales

L’étude démontre une augmentation des recherches sur l’insécurité des femmes

Dans cette étude, on apprend l’impact de la pandémie de coronavirus sur la santé mentale et la corrélation avec les féminicides. Les comportements suicidaires, en particulier chez les femmes, ainsi que la façon dont Google a interféré dans la crise, ont été étudiés. Il ressort de l’étude que les recherches faites en période de crise portaient sur des thématiques principales comme précarité, l’insécurité ou la violence masculine intentionnelle. Le système de recherche « prédictive » a pour effet qu’un certain nombre de personnes font des recherches similaires, suivant les propositions que Google affichent au fur et à mesure que l’on tape dans la barre de recherches.

>>> À lire aussi : Un père tape sur Google « Comment savoir si un bébé est mort » : la police a découvert le pire

Des chiffres qu’il faudra peut-être remettre en perspective

« Comment contrôler sa femme » aurait été recherché plus de 165 millions de fois en 2020, ce qui est 67% de plus qu’en 2019. « Comment frapper une femme sans que personne ne le sache » aurait été recherché 165 millions de fois. « Je vais la tuer quand elle rentrera à la maison » aurait été cherché 178 millions de fois sur Google en un an. Parmi les recherches faites par les femmes, on note une augmentation de 84% de la recherche « il va me tuer ». « Il me frappe tout le temps » a été recherché 320 millions de fois l’année dernière. L’étude précise qu’elle n’a pas pour but de dénombrer les violences faites aux femmes mais de prouver une augmentation de ces recherches spécifiques qui interpellent et peut-être de lancer des pistes de réflexion sur la manière dont ces recherches pourraient constituer une première étape dans l’aide aux femmes victimes de violences. Notons toutefois que le 27 avril, un compte Twitter qui semble appartenir à Katerine Standish précise que sa méthode de calcul est «défaillante ». «Je suis reconnaissante que le Journal of General Psychology ait reconnu mon travail méritant, mais regardons ceci d’un peu plus près».

>>> À lire aussi : Google : très mauvaise nouvelle si vous utilisez la navigation privée !

recherches predictives confinement violences femmes
Crédits : Pixabay
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail