Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Un couple iranien condamné à 10 ans de prison pour avoir dansé dans les rues

Publié par Léa Lecuyer le 03 Fév 2023 à 9:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

10 ans de prison, c’est la peine que devront exécuter Astiyazh Haghighi et Amir Mohammad Ahmadi. Le jeune couple de nationalité iranienne et âgé d’une vingtaine d’années a été condamné par le tribunal iranien alors qu’il dansait devant l’un des célèbres monuments de Téhéran.

À lire aussi : « Quand vous regarderez cette vidéo, je serai m*rt » : dans le Rhône pour dénoncer la répression iranienne (vidéo)

Les vidéos du jour à ne pas manquer

C’est une vidéo qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux. On y aperçoit deux âmes amoureuses dansant tendrement devant la tour Azadi située dans la capitale iranienne. Si l’on assiste avec innocence à une scène des plus romantiques, un tribunal iranien a pourtant jugé le couple ce mardi suite à la diffusion de la vidéo.

Une vidéo allant à l’encontre de règles strictes

Arrêtés en novembre 2022 après la publication de la vidéo, les deux fiancés ont reçu une peine de 10 ans de prison. Ils ont également interdiction d’utiliser internet et ont l’obligation de quitter l’Iran, a expliqué l’ONG Human Rights Activists News Agency (HRANA), basée aux États-Unis.

La jeune femme ne portait pas de voile islamique et n’a donc pas respecté les règles en vigueur dans le pays. Elle n’avait pas non plus le droit de danser en public et encore moins aux côtés d’un homme, d’après TF1info.

Une vidéo devenue un symbole du mouvement de protestation populaire qui touche l’Iran depuis déjà plus de 100 jours.

À lire aussi : Pendant plusieurs mois, ce couple d’influenceurs a disparu en Iran, suscitant l’inquiétude des abonnés

Condamnés pour « encouragement à la corruption et à la pr*stitution publique »

Le tribunal révolutionnaire de Téhéran a déclaré le couple coupable d’« encouragement à la corruption et à la pr*stitution publique » et de « rassemblement dans l’intention de perturber la sécurité nationale » a indiqué l’ONG.

Les deux Iraniens n’auraient pas eu droit à faire appel à un avocat pendant la procédure judiciaire selon les informations recueillies par HRANA auprès de proches de leurs familles. Les tentatives d’obtention de libération sous caution ont d’ailleurs toutes été refusées.

À lire aussi : Une jeune Iranienne reprend Bella Ciao en persan et crée l’émoi à travers le monde, devenant le symbole de la jeunesse iranienne révoltée (vidéo)

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0