Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Argent

Une amende de 30 euros pour les parents retardataires : Cette décision qui déchaîne les passions

Publié par Elodie GD le 09 Juil 2024 à 19:03
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les parents retardataires sont le cauchemar des animateurs. Pétris d’excuses, ils se montrent avec quinze voire trente minutes de retard pour récupérer leurs bambins épuisés par la journée. Lassées des récidivistes, certaines écoles primaires ont décidé de prendre les mesures qui s’imposent, comme le rapporte 20 Minutes.

La suite après cette publicité
Parents en retard

Cette représentation fait un scandale chez les parents Images à caractère se*uel : une représentation d’école primaire fait scandale c […] Images à caractère se*uel : une représentation d’école primaire fait scandale chez les parents d’é […]

Les parents retardataires épinglés par la mairie de Toulouse

La suite après cette publicité

La mairie de Toulouse a décidé de frapper fort. Aux prémices des vacances scolaires, cette dernière informe les parents d’élèves : les retardataires vont devoir mettre la main à la poche. Ainsi, tous ceux qui viendront récupérer les enfants après 18 h 30 en garderie se verront imputer une pénalité financière. De quoi déclencher de vives réactions chez les principaux concernés.

La suite après cette vidéo

« Tout retard enregistré le soir pourra donner lieu à la facturation d’un forfait de 30 euros correspondant au coût salarial des deux animateurs qui se voient contraints de rester », annonce la mairie sur l’espace dédié aux parents d’élèves.

En première ligne des contestataires, François Piquemal, député LFI de la 4ᵉ circonscription de Haute-Garonne. Il défend les habitants aux « emplois peu flexibles et loin de leur domicile et des écoles des enfants ». Une ligne de défense largement suivie sur les réseaux sociaux. « Non mais c’est hallucinant, vraiment ! », réagit un internaute qui soutient les familles qui devront payer « en plus de subir les embouteillages ».

La suite après cette publicité
La suite après cette publicité

Père Noël existence fêtes enfants enseignante Une enseignante révèle à ses élèves que le Père Noël n’existe pas, des parents veulen […] Une enseignante révèle à ses élèves que le Père Noël n’existe pas, des parents veulent porter plainte

La FCPE en colère

Même réaction chez les parents de l’Association des parents d’élèves (FCPE). « C’est une mesure injuste, nulle, vexatoire et probablement inefficace aussi », s’emporte Eric Pinot, président départemental.

La suite après cette publicité

« La mairie ne sait pas ce que vivent les familles. Les parents qui laissent leurs enfants au Clae le soir ne le font pas par gaîté de cœur, c’est aussi souvent parce qu’ils ont à jongler avec des vies professionnelles compliquées, et ces contraintes concernent souvent les familles précarisées. Pourquoi les faire passer pour des délinquants potentiels, pour des gens qui se débarrassent de leurs enfants sur le dos de la collectivité ? », questionne-t-il. Il juge également que les familles les plus touchées par cette mesure seront certainement les « familles monoparentales ».

Une centaine de familles concernée sur 20 000 à 28 000 élèves

Quoique compréhensifs, les employés de mairie tempèrent. « Les animateurs qui sont obligés de rester ont des vies, eux aussi », signale Marion Lalane-de-Laubadère, première adjointe en charge de l’Éducation.

La suite après cette publicité

« Il ne s’agit évidemment pas de sanctionner des retards de cinq minutes qui peuvent arriver à tout le monde, mais de faire preuve d’une forme de discernement », développe-t-elle. « L’amende », comme elle l’appelle, vise quelques « centaines de familles sur 20 000 à 28 000 enfants accueillis chaque jour au Clae », indique-t-elle.

« Des parents qui — de manière régulière et sans qu’on arrive à les joindre, ou à joindre les proches qui figurent sur la fiche de contact – ont parfois jusqu’à une heure et demie de retard et ne préviennent pas », poursuit Marion Lalane-de-Laubadère. En attendant, Toulouse n’est pas la seule ville à faire le choix de la sanction financière. C’est déjà le cas dans la ville de Moreuil, dans la Somme, qui a instauré une pénalité de 5 euros pour 5 minutes de retard et de 10 euros pour une demi-heure. Elle peut atteindre les 50 euros au-delà d’une heure.

Garderie scolaire
La suite après cette publicité

laurent-12-coups-de-midi Laurent des 12 Coups de midi : ses élèves privés de cours, les parents en colère Laurent des 12 Coups de midi : ses élèves privés de cours, les parents en colère

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.