Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Clash

« Un gros porc » : Jacques Bouthier, PDG d’Assu 2000, accusé de viols sur mineurs, a une très mauvaise réputation

Publié par Mia le 26 Mai 2022 à 8:07

Le PDG de l’entreprise Assu 2000 (maintenant appelé Vilavi), spécialiste des assurances, est accusé de viols sur mineurs, traite d’être humains et détention d’images pédopornographiques. Face à ces accusations, le patron Jacques Bouthier a donc présenté sa démission ce mardi 24 mai 2022. Et c’est bien normal, cette situation nuit fortement aux bénéfices de son entreprise.

En parallèle, l’un des dirigeants d’agence Vilavi s’est exprimé au sujet de son supérieur hiérarchique. Selon ce témoin, son ancien patron avait des comportements « limites » à l’égard des jeunes femmes de l’entreprise.

JACQUES BOUTHIER assu 2000 gros porc

Le PDG d’Assu 2000 : « Un gros porc », selon son entourage

Les affaires de viols sur mineurs sont récurrentes en ce moment. Parmi elles, celle impliquant Jacques Bouthier, ex-PDG de l’entreprise Vitavi, anciennement Assu 2000. Ce dernier est actuellement accusé de plusieurs sévisses : viols sur mineurs, traite d’êtres humains et séquestrations, mais aussi détention d’images pédopornographiques. Il aurait agi avec 5 complices présumés. Suite à ces associations, le PDG a présenté sa démission et son entourage est en ce moment même interrogé afin d’éclaircir les faits.

Parmi les témoins, ce cadre d’Assu 2000, resté anonyme. Le témoin, interrogé ce mercredi par BFMTV, s’est exprimé sur les comportements de son ex-supérieur. Selon cette personne, Jacques Bouthier était très malsain avec le personnel féminin de son entreprise. Bien qu’aucun salarié n’avait connaissance des actes de séquestrations et de viols, les employés le trouvaient quand même « limite » avec la gent féminine.

« Jacques Bouthier était vraiment considéré comme un gros porc. Quand vous croisiez sa route, il ne fallait pas être jeune et jolie. Il était incapable de ne pas faire de réflexions lourdes et graveleuses dès qu’il croisait une femme. Cela faisait toujours marrer les sbires autour de lui. Mais, personne ne réagissait. Car le groupe, c’était lui. Il dirigeait tout. Et donc, il y avait un risque de perdre son boulot… Mais son attitude était connue de tous » , témoigne le cadre d’Assu 2000.

Son entreprise était « un terrain de jeu pour lui »

« Quand l’affaire est sortie, il y a eu un mélange : de la stupéfaction parce qu’on ne l’imaginait pas séquestrer des gamines, mais aussi une forme de confirmation. C’était acquis qu’il avait des attitudes déplacées. Dans le groupe, je ne crois pas que les gens étaient au courant de son système, mais de ses attitudes, oui ! Avec le recul, tout le monde se dit que c’était limite, quand même. […] Les problèmes se posaient toujours lors des séminaires. Le nombre de jeunes femmes à qui il a proposé de monter dans sa chambre est énorme, ça fait flipper. Mais pour lui, c’était un terrain de chasse. Et il s’en prenait toujours aux plus jeunes. Notamment aux alternantes de 18 ans » , a également raconté cet employé de chez Assu 2000.

À noter que le PDG d’Assu 2000 (Vitavi) préférait les petites jeunes plutôt que les femmes plus âgées. Un désir qu’il faisait sentir à ses employées féminines. Finalement, l’ambiance au travail était devenue pesante pour tout le monde, comme le dévoile notre témoin. Pour rappel, en mars dernier, une jeune femme de 22 ans a témoigné à son encontre pour viol sur mineur. Face à la police, elle a avoué avoir été abusée sexuellement pendant 5 ans. Cette dernière, devenue « trop vieille » selon lui, aurait poussé la jeune femme à lui « livrer » une fille plus jeune. Pour la remplacer, en somme. La fille en question avait 14 ans.

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.