Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Une Afro-Américaine fait doubler l’évaluation de sa maison en retirant ses photos de famille des murs

Publié par Nicolas F le 16 Mai 2021 à 12:20
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Carlette Duffy est à la fois heureuse et en colère. Heureuse d’avoir réussi à obtenir une évaluation correcte en vue de revendre sa maison et en colère qu’il ait fallu passer par une ruse pour y arriver. Elle affirme avoir doublé l’évaluation de sa maison en masquant ses origines, retirant tout indice qui pourrait laisser deviner qu’elle était Afro-Américaine, et en demandant à une amie blanche de jouer le rôle de la propriétaire le temps de l’expertise.

>>> À lire aussi : Envoyé Spécial : un sujet sur le racisme dans la police provoque l’indignation des téléspectateurs (VIDEO)

Les deux premières expertises étaient jugées insuffisantes

Carlette Duffy a déposé une plainte et a exigé l’ouverture d’une enquête du Département américain au Logement et au Développement urbain après avoir vécu une expérience troublante. Elle affirme que l’entreprise chargée d’expertiser sa maison, a fait preuve de racisme. Après une première évaluation qu’elle jugeait insatisfaisante, elle a exigé une deuxième évaluation, qui a abouti à la même estimation. Une somme jugée insuffusante par Carlette Duffy et en inadéquation avec le marché immobilier du quartier. L’évaluation correspondait au prix d’achat de sa maison en 2017, alors que l’immobilier a augmenté dans la ville.

>>> À lire aussi : Racisme : Ce hashtag qui prend de l’ampleur pendant la pandémie

Elle cache tout indice sur ses origines avant la nouvelle évaluation

Carlette a alors eu une idée. Avant de demander une troisième évaluation, à la même entreprise et dans les mêmes conditions, elle a d’abord réalisé une petite manipulation de home-staging inhabituelle. Elle a décroché des murs toutes les photos de sa famille. Elle a enlevé des livres spécifiques de sa bibliothèque et elle a passé au peigne fin chaque pièce de sa maison pour cacher tout indice qui pourrait faire deviner sa couleur de peau. Elle a pendu aux murs ses diplômes et elle a enlevé toutes les œuvres d’art ethniques provenant d’Afrique. Pour finir, elle a demandé à une amie blanche de la remplacer pour accueillir les experts.

>>> À lire aussi : Violence, racisme et dépression : Un journaliste a infiltré la police pendant des mois, il fait des révélations édifiantes

Sa ruse a fonctionné et elle porte plainte pour discrimination et racisme

Heureusement et malheureusement en même temps, la troisième évaluation s’est avérée être supérieure de 100 000 $. Pour Carlette, cela ne fait aucun doute, ce changement est dû à l’absence d’indices sur ses origines. « J’étais excitée et heureuse. Puis je suis devenue tellement en colère d’avoir dû traverser tout cela juste pour être traitée équitablement », explique la propriétaire à CBS. « Je fais ça pour ma fille et ma petite-fille, de sorte que lorsqu’elles rencontrent des obstacles, elles sachent qu’elles peuvent les surmonter et dénoncer l’injustice ». L’entreprise d’expertise a réagi dans un communiqué, expliquant croire qu’il y avait « plus de bonnes que de mauvaises personnes dans ce monde, y compris dans la profession d’expertise immobilière », mais qu’il pouvait arriver que des gens soient mauvais et le regrettait. L’entreprise encourage quiconque ayant vécu une situation similaire à se manifester.

>>> À lire aussi : « Je me suis sentie comme du bétail »: discrimination et harcèlement chez McDonald’s France, des témoignages chocs

afro-américaine victime de discrimination évaluation de sa maisan
Crédits : CBS

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.