Publicité
Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Un animateur accusé de viol et d’agression sexuelle dans une école maternelle!

Publié par Elodie le 24 Nov 2020 à 21:00

Un animateur périscolaire de 37 ans a été accusé de viol et d’agression sexuelle sur des enfants de maternelle. Ce sont les parents des élèves qui ont exigé la relance de l’enquête. Si le Nigéria a pris une décision radicale concernant le sort réservé aux violeurs d’enfants (comme vous pouvez le voir ici), la loi est toute autre en France.

Un animateur périscolaire viole et agresse sexuellement une vingtaine d'enfants

A lire aussi: « Cela pouvait être 4 ou 5 enfants par semaine » : les aveux chocs de l’ex-prêtre Bernard Preynat

Viol et agressions sexuelles dans une maternelle du 3e arrondissement

Selon les avocats des familles de victimes, la première enquête, classée sans suite, présentait tout un tas de dysfonctionnements. En 2019, une enquête avait été ouverte après qu’un animateur périscolaire ait été accusé de viol et d’agression sexuelle sur plusieurs enfants d’une école maternelle du 3e arrondissement de Paris. C’est un enfant de trois ans qui a fait les premières déclarations incriminant l’animateur. Après ce témoignage, trois familles ont déposé plainte selon Mediapart.

L’homme de 37 ans, en fonction depuis 2018, s’était retrouvé suspendu en février 2019. Après plusieurs mois d’enquête, la BPM de Paris a finalement pris la décision de classer l’enquête sans suite le 7 juin 2019. Les parents des victimes ont alors décidé d’adresser un courrier au procureur de la République dans lequel ils ont évoqué plusieurs « dysfonctionnements ». Parmi eux, on relève des plaintes non prises, des examens médicaux non réalisés ou encore du personnel de l’école non entendu. « Ces dysfonctionnements sont courants dans les dossiers de pédophilie à l’école. Il y a un vrai problème dans la gestion de la pédocriminalité au sein des écoles de Paris » , ont observé deux des avocats des parents des victimes.

Une vingtaine d’enfants concernés

« De nouveaux signalements à l’été (2019), postérieurs à la décision de classement, ont amené à ouvrir d’initiative une information judiciaire contre X pour agressions sexuelles » , a déclaré à l’AFP une source judiciaire. Confiée à l’Office central pour la répression des violences aux personnes, l’enquête a été étendue à des faits de viol concernant un enfant en août dernier.

Pour l’heure « quatorze enfants se sont constitués partie civile par l’intermédiaire de leurs parents » , a indiqué Me Grimaud. Dans les jours et les semaines à venir, de nouvelles familles devraient « se signaler à la justice ». Selon l’avocate, ce serait en tout une vingtaine d’enfants qui seraient concernés par les agissements du trentenaire. Treize des quatorze enfants ont été auditionnés au mois de septembre. L’accusé continue cependant de nier les faits qui lui sont reprochés.

A lire aussi:  Rennes : après avoir nié pendant 4 ans, il avoue avoir violé et agressé sexuellement 14 mineurs, dont ses filles

Source: BFMTV