Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Drame : une femme poignarde un policier en pleine rue, la police la neutralise

Publié par Justine le 11 Mai 2021 à 14:23
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Lundi 10 mai au soir, une altercation dramatique s’est déroulée à Bordeaux. Une femme d’une trentaine d’années a poignardé un policier. Un de ses collègues n’a pas hésité à riposter en ouvrant le feu dans le cadre de la légitime défense. Retour sur l’événement.

Bordeaux : la police neutralise une femme

>>> À lire aussi : Qui est Stéphanie M., la fonctionnaire de police assassinée ce vendredi 23 avril ?

Drame à Bordeaux

La BAC a dû intervenir lundi soir, près de la rue de Pessac à Bordeaux. Une femme d’une trentaine d’années « en état de démence », a violemment menacé son mari et même de se mutiler. Impossible à maîtriser, elle tenait 1 couteau dans chaque main. Retranchée dans une pièce de son domicile à l’arrivée des forces de l’ordre, elle n’a pas hésité à poignarder un policier dans la jambe après qu’ils aient lancé des LBD.

Au vu de l’atteinte à la vie du fonctionnaire, usant de la légitime défense, un policier fait feu et touche gravement la femme en pleine tête. Rapidement évacuée à l’hôpital, elle est entre la vie et la mort.

>>> À lire aussi : Féminicide : Un homme poignarde sa compagne avant de se donner la mort

Bordeaux : le profil de l’assaillante révélé

Suite à la dramatique altercation à Bordeaux, deux enquêtes sont ouvertes. Une de la police pour « violences volontaires aggravées sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et une de l’IGPN concernant le tir de riposte du policier. En effet, il est impératif de confirmer si le policier a utilisé légalement son arme de service.

Selon l’enquête, la femme a « un profil psychologique instable, et suivait un traitement ». Une source proche du dossier précise qu’elle est suivie pour schizophrénie. Selon Sud Ouest, elle aurait crié « mécréants » et « Allah Akbar », mais le parquet national antiterroriste n’a pas pris en charge l’affaire.

>>> À lire aussi : Qu’entendent vraiment les schizophrènes dans leur tête ?

Source : Actu 17

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.