Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

« On s’acharne sur moi » : Le faux amant de Delphine Jubillar vit un véritable calvaire (vidéo)

Publié par Sacha JOUANNE le 10 Juil 2021 à 10:07
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Accusé à tort d’être l’amant de Delphine Jubillar, un homme originaire du Tarn a décidé de sortir du silence au sujet du harcèlement dont il est victime sur les réseaux sociaux. Il s’est exprimé dans un entretien accordé à France 3 Occitanie. Découvrez son témoignage dans la vidéo ci-dessous.

Publicité

>>> A lire aussi : Delphine Jubillar vivante en Espagne ? Cette nouvelle piste explorée

Le faux amant de Delphine Jubillar témoigne sur l’enfer qu’il est en train de vivre

Publicité

Depuis de nombreuses semaines, l’enquête autour de la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar défraye la chronique. Mêlé dans cette affaire par erreur, un homme surnommé Paul (prénom modifié), était présenté par plusieurs personnes comme « l’amant éconduit » de la jeune infirmière. Originaire du département du Tarn, il s’est livré, sous l’anonymat, à France 3 Occitanie pour parler du déferlement de haine à son encontre notamment sur les réseaux sociaux.

En effet, ce père de famille âgé de 33 ans est victime d’un cyberharcèlement d’une très grosse violence. « On s’acharne sur moi » , a-t-il lancé. En effet, sa vie est devenue un véritable calvaire au quotidien. De plus, il a maintenant peur pour sa sécurité ainsi que celle de ses deux enfants. « Je suis stressé, je suis limite parano. (…) Avec tous les tordus qu’il y a sur cette terre, on ne sait pas ce qu’il peut arriver » , a-t-il confié.

Interrogé par les gendarmes, il a rapidement été écarté de tout soupçon dans cette affaire. « J’ai collaboré avec la police, j’ai fourni de moi-même mon téléphone portable et ils n’y ont rien trouvé. Malgré ça, certains disent que c’est moi et qu’ils vont me faire cracher le morceau » , a révélé Paul.

Publicité

Il faisait partie du même groupe d’amis que la jeune infirmière

Pour cet homme originaire du Tarn, il a été impliqué dans cette affaire à cause d’une « dénonciation mensongère » d’une personne de Cagnac-les-Mines, ville où Delphine Jubillar a disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Durant son entretien, Paul a tout de même affirmé connaitre la jeune infirmière de 33 ans. Tous deux faisaient partie d’un même groupe d’amis. « Delphine et Cédric, je les ai vus 3 ou 4 fois, à l’occasion d’anniversaires. Pas plus » , a-t-il confié.

Abonnez vous à la Newsletter TDN

Mais le jeune homme de 33 ans a également profité de cette interview, sous anonymat, pour donner son avis sur la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar. « Il a dû y avoir un truc ce soir-là. C’est un drame familial » , a-t-il déclaré, avant d’ajouter. « Delphine avait peur du noir. Elle ne serait jamais sortie de nuit, tard, promener les chiens. Elle ne serait jamais partie comme cela avec un amant… » .

Publicité

Afin de lutter contre ses harceleurs, Paul a décidé de porter plainte contre eux pour dénonciation mensongère, diffamation et cyberharcèlement.

>>> A lire aussi : Cédric Jubillar : Son pyjama retrouvé taché de sang et de sperme, un nouvel élément suspect