Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Elle ampute le pied d’un patient sans autorisation pour l’exposer chez un taxidermiste

Publié par Léa Lecuyer le 23 Fév 2023 à 5:34
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Une ancienne infirmière dans le Wisconsin, aux États-Unis, est poursuivie pour avoir effectué une amputation du pied à un homme sans son consentement. Elle avait pour objectif de l’exposer dans la boutique de taxidermie de sa famille.

À lire aussi : Covid-19 : alors que le malade vient de mourir, la caméra de surveillance enregistre le geste odieux de l’infirmière ! (vidéo)

La suite après cette publicité

Âgée de 38 ans, Mary K. Brown a été inculpée pour avoir volontairement découpé le pied gelé d’un homme alors qu’il était hospitalisé. Selon CBS News, elle serait passée à l’acte sans l’accord de la victime ni même l’autorisation d’un médecin. L’infirmière a plaidé non-coupable en novembre dernier pour « les accusations de mutilation, d’abus physique d’une personne âgée et d’abus intentionnel d’un patient, causant de grands dommages corporels ».

C’est en mars 2022 que l’homme de 62 ans arrive en hospitalisation dans la maison de retraite de Spring Valley Health and Rehab Center, suite à une chute accidentelle à son domicile. Le chauffage de sa maison n’était pas allumé, il a souffert d’engelures aux pieds dont les tissus étaient nécrosés. L’Américaine qui travaillait dans cette même maison de repos a donc décidé de trancher le pied droit du malheureux patient. Elle a indiqué à ses collègues vouloir « l’exposer dans l‘atelier de taxidermie de sa famille avec un panneau indiquant : ‘Portez vos bottes, les enfants' », d’après la plainte déposée dans le comté de Pierce.

À lire aussi : Des embryons humains en bocaux découverts chez un médecin…

La suite après cette publicité
Une infirmière ampute le pied d'un patient sans autorisation

L’infirmière voulait soulager ses souffrances

Drôle d’excuse de la part de Mary K. Brown. Si l’homme était en incapacité de faire quelques pas avant son amputation, il était dans un état stable les jours suivants son arrivée à la maison de repos. Bien que l’infirmière explique avoir voulu soigner ses souffrances et lui offrir un peu de « dignité ». Une semaine après les faits, le patient est décédé.

La suite après cette publicité

Toujours d’après la plainte, « les administrateurs de la maison de retraite ont convenu qu’il n’entrait pas dans le cadre de la pratique de Brown d’effectuer une telle procédure et qu’une ordonnance d’un médecin était nécessaire avant toute amputation. » Celle-ci n’a maintenant plus le droit d’exercer sa profession de soignante. Une règle qui vaut autant pour le statut d’employée que de bénévole. Elle ne fait désormais plus partie de la structure de Spring Valley Health and Rehab Center.

À lire aussi : Elle place une caméra chez son fils paralysé cérébrale… elle découvre alors ce que l’infirmière lui fait (vidéo)

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

La suite après cette vidéo