Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Un propriétaire voit son appartement être vendu sans son accord pour une raison démentielle !

Publié par Claire JONNIER le 15 Nov 2020 à 8:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

C’est une situation qui pourrait être cocasse si elle n’était pas si désastreuse. À Nice, une agence immobilière aurait vendu un studio à la place d’un deux pièces, situé à la même adresse. Évidemment, l’acheteur a déjà entamé les travaux de rénovation et pense avoir fait une bonne affaire. Exproprié, le propriétaire en appelle à la justice pour démêler cette histoire.

>> À lire aussi : Cette studette de 6m² toute équipée à Paris pourrait être vendue pour une somme colossale…

Nice : un deux-pièces vendu à la place d’un studio !

Mais que s’est-il passé ? Pour bien comprendre, il faut remonter au tout début de cette histoire. À Nice, Christophe Réale possède un appartement de deux pièces qu’il conserve comme pied-à-terre alors qu’il vit en Italie. À la même adresse, son frère possède également un studio géré par une agence immobilière Niçoise et mis en vente.

Le souci, c’est qu’un jour, l’autre agence immobilière de Cagnes-sur-Mer (qui gère le deux pièces) appelle la victime pour le prévenir qu’apparemment, un squatteur est en train d’occuper les lieux. Sauf que le souci, c’est que ce n’est pas un squatteur, mais le nouveau propriétaire qui vient d’entamer des travaux de rénovation dans l’appartement…

nice-il-se-fait-exproprier-de-son-appartement-a-cause-dune-erreur-lagence-immobiliere

>> À lire aussi : Très mauvaise nouvelle si vous souhaitez demander un crédit immobilier…

Une légère erreur du côté de l’agence immobilière

Comment est-il possible que l’agence immobilière ait pu se tromper d’appartement à ce point ? Et bien selon le propriétaire,« l’agence n’a pas dû vérifier les documents. J’imagine que pour organiser les visites, l’agence de Cagnes a donné les clefs de mon appartement à l’agence de Nice. Sans mon consentement. »

Et évidemment, l’acheteur pense avoir fait une bonne affaire et refuse de quitter les lieux, car après tout, il a acheté le bien ! « Il a fait une bonne affaire, il a acquis un deux-pièces au prix d’un studio !” Du coup, et comme les agences immobilières refusent de prendre la responsabilité de l’erreur, l’affaire passe en justice, mais ça prendra encore quelques mois…

Source : Yahoo
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail