Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Qui était Agnès Lassalle, la professeure poignardée par son élève ?

Publié par Léa Lecuyer le 23 Fév 2023 à 11:43
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Ce mercredi 22 février, Agnès Lassalle, enseignante au collège privé de Saint-Jean-de-Luz, a été assassinée par un de ses élèves. Âgé de 16 ans, ce dernier l’a poignardée au thorax. Les secours ne sont pas parvenus à la réanimer.

À lire aussi : Drame : Une professeur poignardée et tuée par un élève

Les vidéos du jour à ne pas manquer

C’est un terrible drame qui s’est joué mercredi 22 février dans l’établissement privé Saint-Thomas-d’Aquin, à Saint-Jean-de-Luz. Alors qu’Agnès Lassalle, professeure d’espagnol, donnait cours à ses élèves, l’un d’entre eux s’est levé pour poignarder la femme âgée de 54 ans. Selon le parquet de Bayonne, l’adolescent suspecté a été mis en garde à vue mercredi après-midi. Un acte qui a suscité l’émotion de toutes et tous. Ses proches et ses élèves n’ont d’ailleurs pas hésité à témoigner sur le portrait de la professeure au journal Sud-Ouest. Certains d’entre eux la décrivent comme quelqu’un « sans histoire » et qui chaque jour démontrait une « vraie envie de bien faire avec ses élèves », d’après l’une de ses anciennes collègues aujourd’hui à la retraite.

« C’était une très jolie personne et très bonne personne qui était aimée de tous, et qui faisait très consciencieusement son travail », a confié son compagnon sur la chaîne de BFMTV. Elle « passait au moins 80-90% de son temps à faire son travail pour son école, même pendant les vacances », « une personne merveilleuse qui malheureusement s’en est allée sur son lieu de travail alors que ça ne devrait pas », a-t-il ajouté le cœur lourd.

professeur tuee

Une minute de silence ce jeudi

Encore sous le choc des événements, les élèves ainsi que le personnel du collège vont bénéficier de la mise en place d’une cellule psychologique. Toutefois, ce jeudi 23 février, une minute de silence sera observée à 15 heures par tous les établissements scolaires.

Pap Ndiaye, le ministre de l’Éducation nationale, s’est rendu à Saint-Jean-de-Luz. Il a également précisé qu’une minute de silence aura lieu dans les centres du Service national universel (SNU).

À lire aussi : Suicide au centre commercial à La Défense : ce que l’on sait

L’acte terroriste écarté

Si l’élève de 16 ans soupçonné a été interpellé, les motifs de son acte ne sont pas encore véritablement connus. En revanche, ce dernier a avoué à un autre professeur du collège de Saint-Jean-de-Luz, avoir agi suite à des voix qu’il aurait entendues. Il a déclaré être « possédé ». D’après les premiers éléments de l’enquête, le jeune homme serait atteint de troubles psychiatriques.

Son geste ressemblerait davantage à un coup de folie selon les propos d’une source proche du dossier. L’adolescent n’aurait pas été motivé par de la rancœur ou un motif terroriste

À lire aussi : Une étudiante poignardée au sein de son université

0