Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Le baron de la drogue de Saint-Ouen arrêté avec un impressionnant arsenal de guerre !

Publié par La rédaction le 08 Fév 2021 à 13:23

A Saint-Ouen, l’Office antistupéfiants a conclu une enquête qui durait depuis plus de deux ans. Ainsi, huit trafiquants de drogues et d’armes ont été arrêtés. Parmi les interpellés, deux frères, considérés comme les barons du deal de drogue de Saint-Ouen. Les autorités ont saisi une vingtaine d’armes de guerre.

>>> A lire aussi : Un avion chargé de 500 kilos de cocaïne s’écrase à cause de son poids

Baron de la drogue et du trafic d’armes de guerre de Saint-Ouen

Il était soupçonné d’être à la tête du plus gros trafic de drogue de Saint-Ouen et de Seine-Saint-Denis. Condamné en 2011 à 20 ans de prison pour trafic de drogue, il était en liberté conditionnelle depuis 2019. S.I, son frère L.I et d’autres de leurs collaborateurs ont été arrêtés pour trafic de drogues, mais également pour trafic d’armes. Ils sont suspectés d’être les acteurs prépondérants des points de deal de Saint-Ouen et sur l’Ile-Saint-Denis.

parrain saint ouen

 

>>> A lire aussi : Deuxième fusillade mortelle à Nîmes : un adolescent de 17 ans perd la vie !

Une vingtaine d’armes de guerre retrouvée

C’est dans le logement d’un couple du Val-de-Marne que S.I, le baron de la drogue de Saint-Ouen, cachait ses marchandises. En effet, au-delà des quantités de stupéfiants, les autorités ont retrouvé une vingtaine d’armes de guerre et d’innombrables munitions. Entre les fusils d’assaut, les pistolets mitrailleurs, les fusils de précision ou encore les explosifs, c’est un véritable arsenal de guerre qui se trouvait dans le domicile du couple.

Les autorités, qui expliquent ne pas pouvoir exclure la piste terroriste, insistent surtout sur la gravité de la situation vis-à-vis du grand banditisme et du trafic de drogues. « On peut imaginer qu’ils emploient ces armes dans la défense de leur territoire » explique Stéphanie Charbonnier, cheffe de l’Office antistupéfiants. Pour l’heure, les unités de police attendent les résultats d’enquête pour découvrir si les armes en question ont déjà été utilisées.

>>> A lire aussi : Battu à mort et poignardé une vingtaine de fois, le récit glaçant du guet-apens de Saint-Ouen !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.