Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Un migrant sous le coup de trois OQTF viole une femme à l’hôpital alors qu’elle est inconsciente

Publié par Elodie GD le 26 Jan 2024 à 9:02
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Les faits remontent à l’automne 2022. Ce jour-là, Isabelle (nom d’emprunt) se trouve aux urgences pour un malaise provoqué par l’alcool. Tandis qu’elle est dans les vapes, elle est brusquement réveillée par une douleur lancinante et constate qu’elle est en train de se faire violer. Son agresseur a été rattrapé une heure plus tard. Entendu par la justice en décembre dernier, le jeune homme a avoué les faits.

À lire aussi : Une femme violée chez elle dans la nuit : elle avait laissé sa fenêtre ouverte

Une jeune femme semi-consciente, violée aux urgences

Plus d’un an après, Isabelle peine à se remettre de son agression. Le 28 octobre 2022, elle était transportée à l’hôpital Cochin en urgence. Quelques instants auparavant, elle avait fait malaise devant un bar de bord de Seine et sa tête a heurté le trottoir.

Prise en charge, la jeune femme de 34 ans avait été placée dans un box des urgences. Elle gisait semi-consciente sur un lit d’hôpital, quand elle avait été soudainement réveillée par une forte douleur au niveau de l’entrejambe.

Lorsqu’elle avait ouvert les yeux, elle s’était retrouvée face à face avec un homme en train de la violer. Effrayé par ses hurlements, il avait pris la fuite, emportant avec lui sa carte bancaire. Carte dont il s’était servi immédiatement après avoir quitté l’hôpital.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER
Une femme violée à l'hôpital Cochin

À lire aussi : Une femme violée à plusieurs reprises par trois hommes car elle refuse de se laisser voler

Le suspect rattrapé par la police

Prise en charge par le personnel des urgences, Isabelle était parvenue à donner une description physique de son agresseur. Le personnel soignant avait ensuite prévenu la police, qui s’était lancé à sa recherche. Grâce au signalement, il avait finalement été repéré par la BAC dans le 14ᵉ arrondissement.

Les agents de police l’avaient appréhendé alors qu’il sortait d’une épicerie dans laquelle il avait effectué des achats avec la carte de la victime.

Placé en garde à vue puis mis en examen, l’homme de 23 ans avait été placé en détention provisoire. Au cours de l’instruction, il a donné plusieurs versions, tentant de minimiser sa responsabilité. Ce n’est qu’en décembre 2023 qu’il finit par avouer les faits : il a bien abusé de sa victime alors qu’elle était vulnérable.

L’affaire pourrait être renvoyée devant la cour criminelle. De leur côté, les avocats de la jeune femme ont annoncé le dépôt d’une nouvelle plainte contre l’hôpital pour « mise en danger de la vie d’autrui et blessures involontaires » .

L’agresseur sous le coup de trois OQTF

Au cours de l’instruction, l’identité de l’agresseur a été révélée. Connu des services de police sous des dizaines d’alias différents, le jeune ressortissant jordanien était sous le coup de trois OQTF, non mises à exécution.

Si l’affaire est renvoyée devant la cour criminelle, le suspect sera jugé lors d’un procès pour viol aggravé, vol et escroquerie. Il encourra une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de réclusion.

À lire aussi : Une jeune femme violée au Hellfest lance un appel à l’aide