Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Faits divers

Yvelines : le professeur des collèges montrait son sexe à des adolescentes de 13 ans

Publié par Tom le 29 Juin 2020 à 13:33

Ce jeudi 18 juin, les policiers de Rambouillet, dans une commune au sud-ouest de Paris, ont interpellé un homme suspecté d’avoir exhibé son sexe à plusieurs reprises devant des mineures. Un suspect qui nie formellement les faits. Ce professeur dans un collège de la ville de Magny-les-Hameaux, âgé de 35 ans, a été renvoyé par le rectorat.

La police est remontée contre Christophe Castaner

A lire aussi : Atroce : un juge proposait le viol de sa fille de 12 ans sur Internet

Cinq fillettes accusent un homme de leur avoir montré son sexe

Une affaire qui débute pourtant en 2018. Deux ans plus tôt, quatre adolescentes âgées de 13 ans avaient déposé une plainte contre un homme qu’elles accusaient d’exhibitionnisme. Ces jeunes filles affirmaient qu’un trentenaire leur avait montré son sexe dans un train aux alentours de Rambouillet.

Une enquête qui n’avance pas

Quelques mois plus tard, un nom ressort du côté des gendarmes de Chevreuse. Un homme âgé de 35 ans interpellé pour des faits similaires. Après avoir pris soin de changer son apparence, les victimes n’ont pas été en mesure de le reconnaître. « Il avait pris soin de changer son apparence physique en rasant sa barbe et en perdant du poids » précise une source proche de l’enquête à nos confrères d’Actu.

Une enquête qui piétine pendant quelques mois, jusqu’au mois de février dernier. Ce 28 février 2020, une autre fillette raconte qu’un homme a sorti son sexe devant elle dans le train aux policiers de Rambouillet. Cette fois-ci, cette très jeune adolescente reconnaît l’agresseur en question.

A lire aussi : Le septuagénaire se baladait entièrement nu dans les parties communes de son immeuble

Un procès dans quelques semaines et suspendu par le rectorat

Placé en garde à vue ce 18 juin, cet exhibitionniste nie totalement les faits. Il affirme prendre ce train uniquement par ennui. Cependant, sa défense est mise à mal et il semble mal embarqué. Une des victimes l’a reconnu formellement. De plus, son téléphone a pu être placé sur les lieux aux moment des faits, par les antennes relais. Cet agresseur a été remis en liberté sous contrôle judiciaire, en attendant son procès d’ici quelques semaines. En attendant, il a été suspendu par le rectorat.

A lire aussi : L’avocat aurait filmé sous les jupes de ses stagiaires…

Source : 24matins

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.