Icône menu hamburger Icône loupe de recherche

Sciences Po : les étudiants contraints de manger de la viande halal !

Publié par Justine le 21 Oct 2021 à 14:29
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La cafétéria de Sciences Po Grenoble ne propose désormais que des produits halal. Ce mardi, un communiqué de l’association étudiante UNI partage son indignation face à cette décision. Retour sur cette polémique.

Sciences Po halal

>>> À lire aussi : Elle demande à des étudiants blancs de quitter la bibliothèque… mais quelle est la raison ? (vidéo)

Sciences Po Grenoble au coeur d’une nouvelle polémique

Gérée par l’association Cafet’ en Kit, la cafétéria de Sciences Po Grenoble fait débat. L’objectif d’une cafétéria est de permettre aux étudiants de manger convenablement tout en faisant des économies et en évitant de patienter au CROUS. Or, la structure a indiqué sur Sciences Po Grenoble ne proposer que de la viande halal et des plats végétariens. Une annonce qui choque l’UNI.

Même si la publication Instagram a été supprimée, le message a fait le tour des réseaux sociaux et lancé une véritable polémique. Ce mardi 19 octobre, l’association étudiante a publié un communiqué et lancé une pétition pour que « La viande halal ne doit pas être imposée aux étudiants de Sciences Po ».

>>> À lire aussi : Une taxe sur les produits halal et casher bientôt instaurée ?

Les étudiants de Sciences Po contraints de manger halal

Selon l’UNI, « un climat anxiogène » est toujours présent à Sciences Po Grenoble. En effet, l’année dernière, deux professeurs ont été menacés après avoir défendu la liberté d’expression. Ce « nouvel acte de soumission à l’idéologie woke et à l’islamisme » n’arrange pas les choses.

Selon l’association : « Sans même parler de la cruauté de cette pratique, les animaux étant conscients lorsqu’ils sont abattus, ce choix est fait au motif de ‘l’inclusivité’ alors que les pratiquants d’une religion sont favorisés au détriment des autres ». L’UNI demande à la direction de refuser cette contrainte. Invité sur CNews, le délégué national d’UNI, Rémy Perrad a dû faire face à la peur des étudiants : « On a alerté les étudiants et la direction de l’IEP. Il n’y a eu aucune réaction. Ils font la sourde oreille ».

>>> À lire aussi : Scandale : des cantinières volaient la nourriture des enfants à la cantine