Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Avortement : Nouveau grand pas en arrière aux Etats-Unis

Publié par Felix Mouraille le 26 Sep 2022 à 18:10
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Avec la révocation du droit à l’avortement par la Cour suprême, les États américains peuvent interdire l’IVG. C’est désormais le cas pour l’Arizona qui rétablit des lois anti-avortement datant de 1864.

La suite après cette publicité
Avortement

A lire aussi : États-Unis : Après l’avortement, le mariage pour tous sur le point de disparaitre ?

Ce vendredi 23 septembre, dans le comté de Pima (Arizona), une juge a rendu une décision qui fait beaucoup réagir. Cet État américain a tout simplement retiré tous les textes ayant un rapport avec le recours à l’IVG.

Avortement : L’Arizona revient à des textes de lois qui datent de 1864

La suite après cette publicité

L’Arizona est un État très disputé politiquement. Le droit à l’avortement est le sujet central dans la campagne pour les élections législatives de novembre. Mais la semaine dernière, les choses se sont accélérées puisqu’une magistrat a autorisé le rétablissement des lois anti-avortement en se basant sur la décision de la Cour Suprême.

En revoyant les droits à l’avortement à des textes datant d’avant 1973, les lois appliquées seront comprises entre 1864 et 1901. Une époque où les Américaines n’avaient pas le droit de vote et où l’Arizona ne faisait même pas encore partie des États-Unis. Plusieurs États américains conservateurs avaient déjà appliqué la décision de la Cour suprême sur l’avortement.

A lire aussi : Avortement refusé aux États-Unis : Laeticia Hallyday prend la parole sur Instagram !

La suite après cette publicité

« Des personnes ayant survécu au viol seraient forcées de porter les enfants de leurs agresseurs »

La suite après cette publicité

Pour le gouvernement américain, cette décision est un énorme pas en arrière. La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, condamne « les conséquences potentiellement catastrophiques, dangereuses et inacceptables » de cet acte.

« Si cette décision se confirme, le personnel de santé risquera jusqu’à cinq ans de prison s’il remplit son devoir de soin ; des personnes ayant survécu au viol et à l’inceste seraient forcées de porter les enfants de leurs agresseurs ; et des femmes (enceintes) ayant des problèmes de santé seraient confrontées à des risques terribles » , a complété Karine Jean-Pierre face à la décision de l’Arizona.

A lire aussi : Emmanuel Macron : sa position sur l’avortement fait scandale