Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Politique

Fin de l’état d’urgence sanitaire aujourd’hui : ces choses qui vont changer !

Publié par Romane TARDY le 10 Juil 2020 à 22:30
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

La France s’apprête à sortir de l’état d’urgence ce samedi 11 juillet avec l’accord du Conseil Constitutionnel. A l’exception de la Guyane et de Mayotte, les mesures dérogatoires deviennent caduques. Alors quels sont les changements à retenir ?

A lire aussi : Jean Castex : sa déclaration sur la réforme des retraites qui ne va pas plaire aux Français…

L’état d’urgence sanitaire s’achève

Le Conseil Constitutionnel a validé la loi de sortie de l’état d’urgence sanitaire en France. Cette sortie est effective dès le samedi 11 juillet et aura des conséquences. De nombreuses mesures dérogatoires disparaissent. Tout d’abord, des lieux vont pouvoir rouvrir comme les stades et les hippodromes dans un seuil limite d’accueil de 5000 personnes jusqu’en septembre. Au niveau du travail, le plafond d’exonération des heures supplémentaires revient à son montant initial soit 5000 euros contre 7500 pendant l’état d’urgence. De même, les délais de carence en cas d’arrêt maladie, c’est-à-dire la période durant laquelle le salarié n’est pas indemnisé par l’assurance-maladie, sont de retour.

Par ailleurs, la trêve hivernale s’achève et les expulsions locatives sont de nouveau possibles. Toutefois, elles sont interdites en cas d’impossibilité de « relogement opérationnelle ». Les propriétaires, de leur côté, pourront solliciter une indemnisation de l’Etat quand la procédure d’expulsion n’a pas été exécutée.

Plus de reconfinement ?

Une autre information importante : il est impossible de reconfiner sans état d’urgence. Toute mesure de confinement, même localisée, comme il est craint avec une possible deuxième vague, ne pourra s’appliquer sans un nouvel état d’urgence sanitaire.

Afin de lutter contre l’épidémie, le Premier ministre garde toutefois quelques pouvoirs offert habituellement par l’état d’urgence. Jusqu’au 30 octobre 2020, le chef du gouvernement peut ordonner par décret sur la circulation des personnes et des véhicules ainsi que l’accès aux transports collectifs sans toutefois aller jusqu’au confinement, sur l’ouverture des établissements publics et des rassemblements ainsi que sur les tests virologiques notamment lors des voyages en avion. La France franchit donc dans une nouvelle étape ce week-end, en espérant ne pas devoir faire marche arrière.

A lire aussi : Ségur de la santé : le montant de l’augmentation du personnel de santé fait scandale !

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER