Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Atteinte d’un cancer, une femme doit stopper sa chimiothérapie, faute d’argent, et reprendre le travail

Publié par Celine Spectra le 21 Jan 2023 à 9:40
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

À court d’argent pour payer son loyer et les charges courantes, une soixantenaire est à présent dans l’obligation de stopper ses traitements de chimiothérapie pour retourner travailler, au détriment de sa santé.

>> À lire aussi : Les Français trop pauvres pour aller faire leurs courses ? (Vidéo)

Une situation dramatique

En tant que Français, nous avons souvent des difficultés à voir les chances que nous avons d’être né dans notre pays. Mais comme les expatriés vous le diront, vivre dans l’hexagone n’est peut-être pas toujours une sinécure, mais nous avons la chance de bénéficier d’avantages sociaux, comme notamment celui de notre système de santé. Et même si ce dernier semble être raboté d’année en année, il n’en demeure pas moins que l’accès aux soins est possible pour toutes les bourses. Ce qui n’est pas le cas dans tous les pays, obligeant certaines personnes à vivre une situation tout simplement dramatique.

C’est le cas notamment de Marilyn Ann Manette, 65 ans, qui réside au Canada et qui est atteinte d’un cancer. Cette soixantenaire se voit actuellement dans l’obligation de cesser sa chimiothérapie, n’ayant pas suffisamment d’argent pour couvrir ses dépenses.

>> À lire aussi : Son fils se moque d’un enfant pauvre : cette mère le punit de la meilleure des façons !

Atteinte d'un cancer, une femme doit stopper sa chimio, faute d'argent, et reprendre le travail

Radio Canada

Contrainte de stopper la chimiothérapie

Mardi dernier, elle était d’ailleurs attendue en oncologie à l’Hôpital de Moncton, mais ayant à peine 2 euros sur son compte en banque, elle n’a pas eu assez d’argent pour faire le plein d’essence…

Je touche 955 euros par mois et mon loyer est de 1012 euros. Chaque mois, je dois vendre quelque chose afin de compenser la différence.

De plus, elle a découvert à la fin du mois dernier qu’elle avait écoulé les 15 semaines de prestation d’assurance-emploi en cas de maladie. Sans autre solution, elle se voit donc dans l’obligation de retourner travailler comme cuisinière dans un foyer de soins. Mais pour cela, elle doit avant tout stopper ses traitements contre le cancer du côlon, qui a récidivé au printemps dernier.

« Pour reprendre le travail, mon corps doit se nettoyer de la chimio. Parce qu’à cause d’elle, je vais aux toilettes dix fois par jour. »

Malheureusement, même si elle a contacté plusieurs députés et ministres de sa région pour expliquer sa situation et demander de l’aide, la majorité de ses requêtes sont restées lettre morte à ce jour…
0