Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Le scandale Buitoni aurait-il pu être évité ? Des dossiers de 2012 refont surface…

Publié par Céline le 16 Juin 2022 à 13:22
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Alors que tous les Français sont encore sous le choc suite au scandale des pizzas Buitoni, on apprend aujourd’hui que les drames auraient pu être évités. En effet, l’usine Buitoni de Caudry, dans le Nord, avait déjà été pointé du doigt dès 2012 par la répression des fraudes.

Le scandale Buitoni aurait-il pu être évité La répression des fraudes avait lancé l'alerte en 2012 !

Flickr

Les vidéos du jour à ne pas manquer

Depuis 2012, Nestlé a reçu plusieurs alertes…

Incroyable ! Alors que depuis plusieurs mois, plusieurs enfants ont été contaminés à la bactérie E.coli après avoir consommé des pizzas de cette marque, et que certains en sont décédés, on apprend aujourd’hui que le groupe Nestlé avait déjà reçu plusieurs avertissements, et ce, dès 2012…

En effet, l’usine de Caudry aurait déjà reçu plusieurs alertes. Et la Répression des fraudes avait déjà pointé dès 2012 des « manquements« . Elle avait, par ailleurs, adressé un « avertissement » au groupe Nestlé. L’Agence France presse a d’ailleurs pu mettre la main sur ces rapports, et il est force de constater qu’ils sont tout simplement accablants.

« Traces de moisissure, plafond malpropre… »

L’inspecteur qui a pu à l’époque contrôler l’usine déclare avoir vu un « plafond […] malpropre« , des « souillures marron« , des « toiles d’araignées« . Ainsi que du  » matériel gras et huileux » ainsi que des « traces de moisissure« .

Dans ce dossier, une dizaine de photos sont présentes afin de prouver ces dires. Dans un autre rapport, il y a dix ans, il est également noté une anomalie. Enfin plusieurs… Dont notamment, des « fils de pyrale« , « des insectes parasites » présents sur les lignes de production. Selon Disclose, Nestlé avait à l’époque écopé d’un simple avertissement.

Pourtant, en mai dernier, Jérôme Jaton, directeur de Nestlé, assurait n’avoir jamais eu d’alertes dans ses usines. « Jamais. […] notre priorité, ce sont nos consommateurs.  » Difficile désormais de croire en tout cas à la vue de l’actualité que cela soit réellement sa priorité…

0