Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Les centres anti-poisons s’inquiètent : « Ils s’enduisent le corps de gel hydroalcoolique »

Publié par Manon CAPELLE le 05 Avr 2020 à 19:50

Face aux nombres impressionnants d’appels de personnes qui ont trop désinfecté leur domicile ou utilisent abondamment du gel hydroalcoolique, les centres anti-poison sont envahis d’appels. La cheffe du service de centre anti-poison de Bordeaux s’inquiète face aux comportements des citoyens.

centres anti-poisons débordés

>>> À lire aussi : Coronavirus : les pandémies pourraient très bien se multiplier dans l’avenir selon ce médecin….

Les centres anti-poison sont débordés d’appels

Une certaine panique s’est installée sur le territoire français depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Et, cela donne lieu à des comportements inattendus et potentiellement dangereux. Les centres anti-poisons sont envahis d’appels où des personnes ont trop désinfecté leur maison. Certains les appellent car ils ont utilisé abondamment du gel hydroalcoolique. D’autres encore utilisent de l’alcool à brûler.

Au micro d’Europe 1, Magalie Labadie, cheffe du service de centre anti-poison de Bordeaux, s’est exprimée : « Il y a des patients qui se décontaminent de manière excessive. Ils vont s’enduire le corps avec par exemple du gel hydroalcoolique ou de l’alcool à brûler. Ils se badigeonnent le thorax, les mains, le ventre et les jambes, avec des produits qui ne sont pas recommandés. »

>>> À lire aussi : La vente de Viagra explose en période de confinement : les médecins craignent la pénurie

Des comportements dangereux avec des produits sanitaires

En effet, dans une certaine paranoïa, certaines personnes ont tellement peur d’être positif au coronavirus qu’elles nettoient leur résidence à l’eau de javel, au point de s’intoxiquer. « Ils vont passer toute la maison à l’eau de javel, ce qui fait qu’ils ont des intoxications. Ça se manifeste par des irritations oculaires ou des crises d’asthme » souligne Magalie Labadie. Certains doivent même être hospitalisé.

Aussi, les centres anti-poisons constatent une recrudescence des appels des familles pour des enfants. Les parents ont moins de temps de surveiller leurs enfants avec le télétravail. Des enfants sucent des pastilles désinfectantes des toilettes et d’autres encore boivent du gel hydroalcoolique.

>>> À lire aussi : Coronavirus : l’eau du robinet est sous très haute surveillance

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.