Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Les médecins lui disaient qu’elle était simplement stressée…mais quelques mois plus tard, elle a vu la mort arriver

Publié par Quentin VIALLE le 24 Fév 2021 à 6:33
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Jenn Wiles, infirmière de 24 ans, a eu une première crise de panique en 2017. Les médecins lui ont annoncé qu’elle souffrait d’anxiété en lui prescrivant des antidépresseurs. Quelques mois plus tard, on lui annonce une encéphalite, une infection très grave au niveau du cerveau.

Elle pensait souffrir d’anxiété…

En mai 2017, alors qu’elle était étudiante à l’Université de Salfort dans le Grand Manchester, Jenn Wiles a eu sa première crise de panique lors d’un concert avec ses amis. La jeune femme de 24 ans ne s’est pas vraiment inquiétée : « Je me suis dit que ce n’était rien, probablement dû au fait d’avoir bu de l’alcool« .

LA VIDEO DU JOUR A NE PAS MANQUER

Au cours des mois suivants, les crises de panique de Jenn ont commencé à s’intensifier jusqu’à une fois par semaine. C’est ainsi que l’étudiante a décidé de consulter pour s’assurer que tout allait bien. Les médecins lui ont diagnostiqué un simple état d’anxiété probablement lié à ses études. Mais quelques mois plus tard, son état s’est rapidement détérioré.

L'infirmière atteinte d'une inflammation du cerveau

@PA Real Life

A lire aussi >>> Quelques jours après la naissance de son fils, sa cicatrice de césarienne explose à cause d’une bactérie mortelle

On lui diagnostique une infection mortelle au cerveau

Et puis un jour, tout bascule. Pendant son travail de serveuse dans un pub, Jenn commence à se sentir mal et a du mal à se tenir debout. La seule chose dont elle se souvient après ça est son réveil dans un hôpital… un mois plus tard. La jeune apprend alors qu’elle vient de sortir du coma à cause d’une encéphalite, une inflammation potentiellement mortelle du cerveau.

Jenn était incapable de marcher ou même de parler. Mais avec le travail des spécialistes, elle a pu retrouver une vie normale aux côtés de son copain. Néanmoins, l’infirmière miraculée a expliqué que cette inflammation lui avait causé des cicatrices émotionnelles difficilement réparables…

A lire aussi >>> Alors que des médecins l’accusent de simuler, cette petite fille de 6 ans se fait diagnostiquer un cancer rare