Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Santé

Vers une fermeture des hôpitaux ? Les médecins en grève !

Publié par Fanny Jacob le 04 Juil 2023 à 8:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

En marge des violences qui préoccupent toute la France en ce moment, le pays fait face à une autre problématique : le désert médical. De nombreux médecins d’hôpitaux publics sont actuellement en grève pour protester contre ce manque de personnel.

La suite après cette publicité

A lire aussi : Emmanuel Macron : cette nouvelle phrase sur l’emploi qui fait polémique

Des médecins en hôpitaux publics actuellement en grève

Après avoir annoncé le déploiement d’un vaccin contre la grippe aviaire, le gouvernement est face à la tourmente, suite à l’annonce de grèves dans le secteur médical.

La suite après cette publicité

En effet, de nombreux médecins en hôpital public appellent à la grève. Ces derniers veulent alerter contre le manque d’attractivité du secteur, sur le manque de personnel dans les hôpitaux publics et sur une rémunération trop basse.

Une grève générale qui devrait avoir lieu de ce lundi 3 à ce mercredi 5 juillet 2023. Néanmoins, il se peut que, sans retour du ministère de la Santé, cette manifestation se poursuive.

La suite après cette vidéo

A lire aussi : Les vacances scolaires estivales de vos enfants bientôt raccourcies ? Emmanuel Macron répond

La suite après cette publicité

30 % des postes de médecins en hôpital public vacants

D’après les médecins grévistes, 30 % des postes de médecin en hôpitaux publics seraient vacants. Des postes pourvus par des intérimaires et des médecins étrangers.

Selon la Fédération des hôpitaux publics (FHF), il y aurait eu seulement 3 364 candidatures pour des emplois de praticiens hospitaliers en 2023 pour 10 846 postes vacants.

La suite après cette publicité

« Nous n’arrivons plus à recruter, hormis les jeunes médecins qui sortent d’études », explique le président du syndicat SAMU-Urgences de France, docteur Noizet.

Avec les virus, les épidémies, les maladies diverses et les violences, sans parler des problèmes de santé liés aux canicules qui arrivent cet été, les médecins sont vite dépassés dans tous les établissements, en manque de personnel.

medecins greve hopitaux (1)
La suite après cette publicité

Des négociations en cours pour la revalorisation des gardes

Dans ce cadre, les médecins en grève demandent maintenant l’aboutissement des négociations en cours avec Emmanuel Macron.

Des négociations qui portent sur la revalorisation des gardes de nuit et en week-end. Une discussion qui traîne depuis le mois de janvier 2023, au point mort depuis le mois de mai.

La suite après cette publicité

Selon le cabinet du ministre de la Santé, François Braun, un plan serait toutefois en préparation. Mais, une source proche aurait déclaré que le plan est en attente d’arbitrages « interministériels ».

En plus de la revalorisation des gardes de nuit et de week-end, les médecins en grève demandent aussi au ministère de rendre la grille salariale plus attractive. Une manière d’attirer plus de médecins dans le public.

« La profession de praticien hospitalier est devenue un véritable repoussoir. Un grand nombre de collègues de toutes les disciplines et de tous les âges démissionnent », expliquent Alliance Hôpital et l’INPH.

La suite après cette publicité

Pouvez-vous aller à l’hôpital public pendant cette grève des médecins ?

Quelles conséquences pour vous ? Les médecins grévistes n’arrêtent pas vraiment de travailler, en réalité. Même s’ils désirent manifester leur mécontentement, la vie de leurs patients est entre leurs mains.

Ainsi, selon le docteur Rachel Bocher, présidente de l’INPH, « il y aura peut-être quelques consultations ou interventions reportées« .

La suite après cette publicité

Mais, globalement, vous pouvez quand même vous rendre à vos rendez-vous, aller aux urgences, etc. Il y aura seulement moins de professionnels présents et certainement plus d’attente.

A lire aussi : Remaniement : Elisabeth Borne sur la sellette ? Emmanuel Macron répond

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.