Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Société

La méthode « BISOU », une nouvelle manière de lutter contre la surconsommation

Publié par Alicia Trotin le 03 Déc 2022 à 13:37
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Entre les sites d’achats en lignes, les vitrines aux réductions alléchantes et les nouveaux produits qui sortent chaque semaine, difficile de réduire sa consommation. Acheter est devenue une habitude, des études ont même prouvé que cela rendait heureux. Toutefois, pour des raisons écologiques et économiques, de plus en plus d’experts appellent à moins consommer. C’est pourquoi, pour vous aider à réduire vos achats, aujourd’hui le TDN vous parle de la méthode BISOU.

À lire aussi : 50 fois où le shopping sur Internet a clairement été une très mauvaise idée. Photo non contractuelle bonjour !

La Méthode BISOU : Qu’est-ce que c’est ?

Le problème de surconsommation n’est pas né d’hier. C’est pourquoi, en 2015, sous la direction de Marie Duboin et Herveline Giraudeau, naît le groupe Facebook « Gestion budgétaire, entraide et minimalisme ». Avec aujourd’hui près de 200 000 membres, c’est une nouvelle approche de la consommation qui est envisagée. L’objectif est de mettre fin aux idées reçues sur ceux qui veulent changer notre relation au shopping. L’idée est de moins consommer au niveau de la quantité, et d’acheter plus responsable en se souciant davantage de la qualité, de la provenance et des conditions de fabrication. Fuyez les nouvelles fenêtres à ouvrir et les achats compulsifs, votre budget vous remerciera.

Suite au succès de ce groupe, pour répondre aux questions de leurs « licornes », nom de la communauté, elles écrivent ensemble leur premier ouvrage. En 2016, dans J’arrête de surconsommer ! 21 jours pour sauver la planète et mon compte en banque, elles vont présenter les fondements de la méthode BISOU. Le but est de résumer de manière très brève leur manière de penser. La méthode bisou, moyen mnémotechnique, naît. Leur second ouvrage, L’abus de consommation responsable rend heureux démocratisera à plus grande échelle cette philosophie. Cela a inspiré de nombreuses techniques de mieux vivre et mieux consommer comme celles de Marie Kondo.

Quel est donc l’intérêt de cette méthode ?

Cette méthode permet de se responsabiliser face à notre surconsommation à l’impact, environnementale et éthique, désastreux. Tout ce qui se fabrique à l’étranger, dans des usines, produit une tonne de CO2. Ainsi, la méthode BISOU permet de porter une réflexion sur ce qu’on appelle le « bagage éthique » de notre article. L’exemple le plus repris est souvent le téléphone portable, qui ne dure pas plus de deux ans. Fréquemment, pour suivre la mode, on en change alors qu’il fonctionne toujours. Une consommation excessive qui pollue énormément. En vous posant les questions simples que nous allons vous dévoiler, la méthode bisou désencombrera votre dressing, mais également vos placards et vous évitera des dépenses inutiles, votre budget vous remercie déjà. L’objectif zéro déchet est un des intérêts phares de cette philosophie écologique.

Marie et Herveline sont deux militantes écologistes qui se battent chaque jour pour que nos achats soient plus responsables. L’avantage, c’est qu’il n’y a pas de bonne réponse, le simple fait de répondre aux questions vous permettra de savoir ce que votre conscience vous dicte. Fini les regrets, l’achat compulsif qui nous donne la boule au ventre une fois rentré à la maison.

Ces deux créatrices voulaient permettre aux consommateurs de pouvoir se défendre face aux multiples tentions d’achats. Avec le Black Friday par exemple, ou toutes autres opérations shopping existantes, nous sommes tous tentés d’acheter. Avec la méthode BISOU, vous pouvez réfléchir, fermer la nouvelle fenêtre d’achats qui s’est ouverte et ainsi, agir avec un meilleur raisonnement.

Le B de Besoin

À l’origine, nous achetons par nécessité. Ai-je besoin de cet objet ? C’est LA question primordiale qu’il faut se poser. Avec les multiples sites de fast-fashion qui pullulent sur internet ainsi que les réseaux sociaux et leur diversité de conseils mode, il est facile de tomber dans la compulsivité. Pourtant, vous n’avez pas besoin de cette nouvelle coque de téléphone bleue pour accorder votre smartphone à votre sac.

L’abus de consommation est simple, mais rappelez-vous que les marques jouent avec vos émotions. Les techniques de communication sont élaborées pour vous faire craquer : si vous n’avez pas tel objet, vous allez être rejeté, en achetant ce nouvel article vous vous sentirez mieux. Des arguments totalement faux qui encouragent tout simplement à consommer toujours plus.

Le I comme Immédiat

Si vous achetez quelques chose là maintenant, demandez-vous si c’est urgent. Votre besoin nécessite-t-il une telle immédiateté ? C’est souvent la question qu’il faut se marteler en période soldes ou de Black Friday. Marie Duboin et Herveline Giraudau expliquent que les techniques de promotion exceptionnelle poussent à l’achat immédiat. Ainsi, les marques provoquent la création d’une envie sur le court terme. Si vous ne l’achetez pas, il y a 90 % de chance pour que le lendemain vous n’en ayez plus envie.

À lire aussi : Carte bancaire : les règles changent pour les achats sur internet !

Les créatrices de cette méthode BISOU conseillent de rédiger une liste d’envie. Cela vous évitera d’acheter sans réelle raison, uniquement sous prétexte qu’il y a une publicité ciblée, sur vos réseaux sociaux.

Le S de Semblable

Une des questions les plus simples de cette liste, avez-vous un objet similaire à celui que vous voulez acheter ? Avoir trois pulls noirs est aussi inutile que d’avoir quatre services à assiettes alors que vous vivez seul. Marie et Herveline conseillent de se demander si un tel objet n’est pas disponible dans votre entourage, comme ça vous pourriez l’emprunter plutôt que de l’acheter. Vous évitez ainsi un déchet supplémentaire et ainsi, cocher l’objectif zéro déchet.

Également, n’hésitez pas à vous interroger sur la tâche pour laquelle vous voulez avoir cet article. N’avez-vous pas un objet qui a les mêmes capacités ou que vous pourriez utiliser pour faire la même chose ?

Le O de Origine

Une question plus contemporaine, l’aspect éthique de votre article. S’interroger sur la manière dont il a été fabriqué, les valeurs de la marque ainsi que sa composition est de plus en plus importante. De nos jours, la question de la qualité des matières premières est de plus en plus fréquente. Si vous achetez un vêtement en fast fashion par exemple, il y a de bonnes chances pour qu’il soit de mauvaise qualité et qu’il pollue particulièrement. Vous pouvez regarder si une version similaire n’existe pas en seconde main. De plus, les conditions de traitements des employés peuvent jouer aussi sur votre décision finale. Pensez à vos valeurs éthiques et morales : est-ce que cet objet est en accord avec mes valeurs. Si ce n’est pas suffisant, vous pouvez toujours réfléchir à votre budget, cela marche très bien.

Le U comme Utilité

Cette ultime interrogation raisonne avec l’usage que vous allez avoir de ces achats, ces vêtements. Pensez-vous utiliser souvent ce que vous êtes sur le point d’acheter ? Est-ce que cela peut définitivement changer votre quotidien, ou est-ce uniquement une question de confort éphémère. Si vous pouvez largement vous en passer, peut-être est-ce de la surconsommation ? L’objectif zéro déchet, vous parez certainement inatteignable, mais en vous questionnant sur l’utilité de cet objet, il est possible de s’en approcher.

Consommer mieux : une tendance

Avant de cliquer sur la nouvelle fenêtre d’un site marchand, ou de céder à la proposition des nombreuses boutiques en lignes de fast fashion, repensez à toutes ces questions de la méthode BISOU. Cette manière de repenser ses achats a donné lieu à de nombreuses idées pour que shopping et valeurs éthiques ne soient plus opposés.

Avec la méthode Marie Kondo par exemple, vous pouvez apprendre à ranger vos affaires. Ainsi, en classant méthodiquement vos objets, il vous sera plus simple de savoir si oui ou non, il vous faut de nouvelles baskets, une nouvelle planche à découper ou si vous ne savez juste plus où vous avez rangé vos affaires. Une astuce supplémentaire pour réduire les trous dans son budget.

À lire aussi : « Bienvenue dans l’enfer de SHEIN » : Raphaël Glucksmann dénonce les conditions de travail des ouvriers

0