Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Sport

Djokovic : Cette nouvelle découverte sur le tennisman qui a surpris

Publié par Camille Lepeintre le 20 Jan 2022 à 19:00
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

Novak Djokovic, numéro un mondial du tennis s’est vu expulser d’Australie suite à sa non-vaccination contre le Covid-19. S’il ne pourra pas participer à l’Open d’Australie qui a débuté ce lundi 17 janvier, son nom fait encore parler, et pour cause, il serait cofondateur et actionnaire d’une société danoise qui lutte contre l’épidémie.

>>> À lire aussi : Novak Djokovic finalement expulsé ? Un nouveau problème de visa

L’immense déception de Djokovic

Le 16 janvier dernier, les trois juges ont rejeté, à l’unanimité, le recours en appel de Novak Djokovic, contre son expulsion. Le Serbe s’était retrouvé bloqué à son arrivée sur le sol Australien le 5 janvier, son visa ayant été annulé par les autorités. Le joueur de tennis, qui a contracté le Covid-19 en décembre, espérait tout de même rentrer dans le pays pour pouvoir participer à l’Open d’Australie.

Il s’est exprimé suite à la décision des juges en abordant notamment l’immense déception de ne pas pouvoir jouer la compétition : « Je suis extrêmement déçu que la Cour ait rejeté ma requête après la décision du ministre d’annuler mon visa, ce qui signifie que je ne peux pas rester en Australie et participer à l’Open d’Australie. Je respecte le jugement de la cour et je vais coopérer avec les autorités compétentes, au sujet de mon départ du pays » .

Djokovic expulsé

Djokovic est l’actionnaire majoritaire d’une biotech danoise

Le directeur de l’entreprise de QuantBioRes (une société danoise), Ivan Loncarevic, a déclaré à l’agence de presse londonienne Reuters, que Djokovic et sa femme détiennent 80% du capital. Une annonce choc, car en vue de la récente polémique de sa non-vaccination, le laboratoire investirait dans la recherche contre l’épidémie. Selon les statuts de la biotech, Djokovic posséderait 40,8 % du capital et sa femme, 39,2%, depuis juin 2020.

L’objectif de QuantBioRes est de développer un traitement qui vient empêcher l’infection des cellules humaines par le Covid-19, pas d’élaborer « un nouveau vaccin », a insisté le directeur de la société. Si une dizaine de chercheurs sont au Danemark et en Slovénie, l’entreprise dirige également sur le sol australien.

On ne peut pas dire que ça ait beaucoup aidé le tennisman !

>>> À lire aussi : « Nous, nous sommes les sangs purs » : la déclaration choc de Novak Djokovic à un journaliste non-vacciné

close

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

0