Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Disparition d’Emile : Sa famille victime d’une amnésie ? Cette folle théorie d’une psychologue

Publié par Alicia Trotin le 20 Juil 2023 à 13:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’enquête autour du petit Emile reste très complexe et alors que tout le monde attend des nouvelles des autorités, l’actualité pourrait venir de la famille de la victime. En effet, il a récemment été révélé que l’entourage du petit garçon aurait été victime d’une amnésie traumatique.

La suite après cette publicité

À lire aussi : « Un tiers impliqué » : nouvelle révélation sur la disparition d’Emile

Capture d’écran TF1

Une famille sous le choc

La suite après cette vidéo
La suite après cette publicité

Les autorités n’ont cessé de l’expliquer, si les appels à témoins ont été nombreux, la famille, de son côté, reste totalement sous le choc. Une situation récurrente dans ce genre d’affaire d’après la psychologue clinicienne Johanna Rozenblum.

« (…) après un traumatisme, on peut se souvenir parfaitement d’une annonce ou d’une découverte macabre, au point de se rappeler des odeurs, de la couleur du ciel et des bruits environnants… mais avoir un black-out complet des quelques minutes qui ont précédé ou suivi le traumatisme. Alors le temps va faire que cette amnésie va se dissiper pour faire place à de nouveaux souvenirs qui pourront donner des informations aux enquêteurs »

 Johanna Rozenblum
La suite après cette publicité

Une analyse qui laisse entendre que l’entourage du petit Emile pourrait peut-être se souvenir de détail d’ici à quelques jours.

À lire aussi : Disparition d’Emile : l’oncle du petit garçon explose de colère

Des informations capitales

La suite après cette publicité

L’amnésie traumatique est souvent en plusieurs temps et cette douloureuse étape pour la famille de la victime peut laisser place à un repli des membres sur eux-mêmes.

« Dans les premiers temps, en général, après un événement à caractère traumatique, il y a une forme de sidération qui crée beaucoup de repli, au point même parfois de ne pas réussir à parler. C’est un temps de recueillement, annonciateur de nouvelles émotions qui arrivent. La colère, la tristesse intense, la culpabilité… Tout peut être exacerbé quand la famille vit en huis clos comme ça »

 Johanna Rozenblum
La suite après cette publicité

Si cette professionnelle explique donc le silence de la famille, pour beaucoup ce silence devient presque suspect.

À lire aussi : Disparition d’Émile : « Quelque chose à cacher ? », le comportement des habitants interroge

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.