Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

Elisabeth Borne prise à partie lors d’un déplacement dans un supermarché

Publié par Alicia Trotin le 14 Avr 2023 à 17:04
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Le gouvernement français n’a pas la cote ces derniers temps. Entre Emmanuel Macron qui se fait huer aux Pays-Bas et Elisabeth Borne qui doit se cacher peu importe où elle se trouve, la situation politique n’est pas simple. Une fois de plus, la première ministre, s’est fait chahuter lors d’une visite en supermarché ce 14 avril.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Retraite : Elisabeth Borne fait une annonce qui laisse perplexe

Élisabeth borne le 24 avril

Une visite perturbée

La suite après cette publicité

Alors que la première ministre Elisabeth Borne passait dans un supermarché Hyper U de la commune de Hanches, des habitants d’Eure-et-Loire l’ont accueillie à coup de sifflet. Scandant des slogans anti-réforme des retraites, ils ont grandement chamboulé cette visite.

« 49.3, on n’en veut pas ! »

«Plus de démocratie ! »

La suite après cette publicité

« Insupportable ! »

Si actuellement seul le vote du conseil constitutionnel peut encore tout changer dans l’histoire de cette réforme, les grévistes comptent bien faire durer les manifestations. Même à échelle réduite comme ce vendredi 14 avril, ce genre d’intervention marque assurément les ministres en déplacement.

La suite après cette publicité

À lire aussi : Emmanuel Macron interpellé par des manifestants : la sécurité intervient (vidéo)

La réaction d’Elisabeth Borne

Même si la chef du gouvernement a été chahutée pendant sa visite à Hanches, elle s’est montrée compréhensive lors de l’interview avec BFMTV.

La suite après cette publicité

« C’est normal que certains puissent exprimer leurs désaccords, c’est ce que certains ont pu faire. D’autres, au contraire, nous encouragent. On est en démocratie donc chacun peut s’exprimer. »

Toujours dans l’objectif de calmer la colère du peuple qui ne digère pas le 49.3, elle a rappelé la raison de sa venue : l’inflation. Alors que les prix ont augmenté à hauteur de 5.7%, l’État a décidé de défendre le pouvoir d’achat des consommateurs.

La suite après cette publicité

« Ma priorité est d’apaiser, de pouvoir répondre aux préoccupations concrètes des Français et c’est ce qu’on fait aujourd’hui sur ce sujet du pouvoir d’achat. »

À lire aussi : Inflation : ces produits qui ne sont plus achetés par les français