Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Macron on t’emmerde » : un homme de 77 ans condamné à cause d’une banderole « outrageante »

Publié par Elodie GD le 04 Mai 2023 à 20:35
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail
La suite après cette vidéo

Un homme de 77 ans a été condamné pour avoir placé, devant sa maison, une banderole « outrageante«  envers Emmanuel Macron. Retour sur l’affaire.

La suite après cette publicité

>> A lire aussi : « Ah put*in » : Emmauel Macron se lâche en plein bain de foule (vidéo)

Un homme en colère contre Macron

« Macron on t’emmerde » , clamait la banderole placée devant la maison du septuagénaire, qui réside dans la commune de Saint-Agnan-de-Cernières, dans l’Eure. Son geste étant considéré comme une infraction, l’homme de 77 ans a dû se soumettre à une audition. Audition à l’issue de laquelle il a été condamné à effectuer un stage de citoyenneté.

La suite après cette publicité

Le 30 avril dernier, alors qu’ils effectuaient leur patrouille, les gendarmes de de Saint-Agnan-de-Cernières ont remarqué la fameuse banderole.

L’homme s’étant révélé coopératif, il n’a pas été placé en garde à vue. Il a été entendu par la brigade le lendemain.

La suite après cette publicité

>> A lire aussi : « Mes fonctions de président prennent fin » : Emmanuel Macron a songé à démissionner

Le retraité condamné pour outrage

Face aux gendarmes, il a exprimé son mécontentement à l’égard du président et de sa gouvernance.

La suite après cette publicité

« Ce n’est pas un activiste connu, simplement un citoyen lambda qui a voulu manifester son mécontentement vis-à-vis du président » , a expliqué le commandant de la compagnie de Bernay à Paris-Normandie.

Depuis 2013, la loi protégeant le président de la République des injures pouvant être émises à son encontre sur les réseaux sociaux et sur la place publique a été supprimée. Toutefois, la banderole peut être considérée comme un outrage envers « une personne dépositaire de l’autorité publique«  . Infraction qui est passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende, comme le précise le HuffPost.

>> A lire aussi :

La suite après cette publicité