Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

PPDA entendu dans l’enquête le visant pour viols et agressions sexuelles

Publié par Léa Lecuyer le 09 Mar 2023 à 11:24
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

PPDA, ancien présentateur du JT de TF1, a été réinterrogé ce mercredi 8 mars 2023, dans le cadre d’une enquête préliminaire pour viols et agressions sexuelles, le visant à Nanterre. Dix-neuf femmes avaient témoigné et dix d’entre elles avaient porté plainte selon le décompte du parquet.

À lire aussi : « Il fallait fournir sa chair fraîche tous les soirs » : Nouvelles révélations sur PPDA (vidéo)

La suite après cette publicité

Après déjà deux auditions, Patrick Poivre d’Arvor continue de contester fermement les accusations qui le touchent, selon les informations récoltées par l’AFP. En effet, les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) l’avaient entendu les 2 et 8 mars 2023, a affirmé le parquet de Nanterre. Si ce dernier avait déjà fait l’objet d’une convocation le 12 juillet 2022, de nouveaux témoignages auraient amené les investigateurs à le réinterroger.

Contactée par l’AFP, l’avocate de PPDA a pris la parole : « M. Poivre d’Arvor s’est exprimé devant les enquêteurs et réserve sa parole à la justice ». Depuis le début de l’enquête en décembre 2021, le journaliste aura donc passé trois auditions. L’affaire devrait bientôt aboutir à une décision du parquet sur les suites à donner.

À lire aussi : PPDA : Cette décision qui fait polémique

La suite après cette publicité
PPDA

PPDA visé par dix plaintes

Si selon le parquet, dix femmes auraient porté plainte contre l’ancien présentateur du 20h de TF1, un collectif des victimes supposées de PPDA estime être au moins 90. Deux d’entre elles n’oseraient pas porter plainte, bien que les faits présumés ne soient pas prescrits. En ce moment, il fait également l’objet d’une autre enquête préliminaire classée et est toujours ciblé par une information judiciaire à Nanterre.

La suite après cette publicité

S’il a porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre une dizaine de plaignantes, la première enquête préliminaire le visant a été ouverte en février 2021. L’écrivaine Florence Porcel avait été la première femme à accuser Patrick Poivre d’Arvor. Âgée aujourd’hui de 39 ans, elle en avait près de 20 quand celui-ci lui aurait imposé un rapport sexuel en 2004. Il l’aurait plus tard obligée à une fellation en 2009.

L’abandon des poursuites n’est pas inéluctable

Toujours d’après les informations de l’AFP, vingt-deux autres femmes avaient témoigné pour les motifs suivants : viol, agression sexuelle et/ou harcèlement sexuel. Si la majorité des faits a été prescrite en juin 2021, Florence Porcel n’a pas accepté la décision de classer les investigations sans suite. Elle a alors porté plainte une seconde fois, avec constitution de partie civile. Une action qui lui a permis d’obtenir l’ouverture d’une autre enquête également confiée à des juges d’instruction.

La suite après cette publicité

PPDA est donc visé par une information judiciaire à Nanterre. La cour d’appel de Versailles a étendu le dossier aux faits possiblement prescrits fin juin. Un choix plutôt exceptionnel permettant de rappeler que « l’abandon des poursuites n’était pas inéluctable et que le point de départ de la période pendant laquelle la justice peut enquêter pouvait, dans certains cas, être reporté », d’après l’AFP.

À lire aussi : « J’avais du sang dans ma culotte » : les terribles révélations d’une accusatrice de Patrick Poivre d’Arvor

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.

La suite après cette vidéo