Icône menu hamburger Icône loupe de recherche
  1. TDN >
  2. Actualité

« Urgence attentat » en France : quelle est la réelle menace ?

Publié par Elodie GD le 24 Oct 2023 à 14:01
Partagez ce contenu sur Facebook
Partagez ce contenu sur Whatsapp
Partagez ce contenu sur Twitter
Partagez ce contenu par mail

L’attaque d’Arras, qui n’est pas sans rappeler le meurtre de Samuel Paty, il y a trois ans, a plongé le pays dans la psychose. Alerte à la bombe après alerte à la bombe, la France s’est progressivement retrouvée en « urgence attentat » .

La suite après cette publicité

À lire aussi : Attaque du Hamas : Un enfant français enlevé chez lui par les terroristes

Des individus non affiliés à des organisations terroristes

La suite après cette vidéo

La peur de revivre des attentats consécutifs plane sur le pays. C’est pourquoi, après l’attaque d’Arras, Elisabeth Borne a décrété l’urgence attentat. Une mesure préventive qui, en plus d’optimiser la protection de la population, tend à la rassurer.

La suite après cette publicité

Mais quelle est la réalité de la menace terroriste en France ?

Selon une note émise par la DGSI, « le risque terroriste a […] profondément changé de nature depuis trois ans » . Les individus responsables des attentats sont « le plus souvent motivés par l’offense présumée à la religion musulmane, et non nécessairement affiliés à une organisation terroriste » . Un paramètre qui, aux yeux de la DGSI, « les rend d’autant plus complexes à identifier avant leur passage à l’acte » .

Menace terroriste France attentat
La suite après cette publicité

À lire aussi : Attaque au couteau à Arras : La sœur du suspect décrit « un monstre violent »

Les organisations terroristes restent surveillées

Autre point qui interpelle : l’âge des auteurs. Le principal suspect dans l’attaque d’Arras n’était âgé que de 20 ans. Celui qui a tué Samuel Paty avait 18 ans, note FranceInfo. Des profils similaires qui interpellent le gouvernement, notamment le ministère de l’Éducation nationale, alerté par une radicalisation de plus en plus précoce.

La suite après cette publicité

Si aujourd’hui, la France se focalise sur des profils de personnes non affiliées à des organisations terroristes, elle n’en reste pas moins vigilante. C’est pourquoi elle garde un œil sur Daech et Al-Qaïda.

« La capacité de l’État islamique d’envoyer des terroristes en France depuis l’étranger a certes fortement diminué » , concède la DGSI, toutefois, elle « pourrait resurgir à cause de la situation au Sahel, en Afghanistan et au Proche-Orient » .

À lire aussi : Attaque au couteau à Arras : le lycée évacué après une alerte à la bombe

La suite après cette publicité

INSCRIPTION NEWSLETTER TDN

N'oubliez pas de cliquer sur l'email de validation pour confirmer votre adresse email. Si vous ne l'avez pas recu vérifiez dans vos spams.